mercredi 16 août 2017

Les aventures de Sherlock Holmes - Une affaire d'identité - Arthur CONAN DOYLE

Pourquoi je le lis :


Je poursuis ma découverte de l'univers de Sherlock Holmes avec cette troisième nouvelle tirée des Aventures de Sherlock Holmes...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :



Mary Sutherland vient demander à Sherlock Holmes de retrouver son fiancé Hosmer Angel, qui a mystérieusement disparu alors qu'ils allaient se marier. L'affaire est très simple : le détective n'a pas manqué de voir que la jeune fille ne rencontrait son soupirant qu'en l'absence de son beau-père, courtier en vins. Il est clair que le fameux Hosmer Angel n'est que le beau-père déguisé et cela dans le but d'empêcher sa belle-fille de quitter le domicile; ce qui lui aurait fait perdre — à lui et à sa femme, qu'il a épousé pour son argent — une assez grosse somme. La disparition dramatique du fiancé n'avait pour but que de frapper l'imagination de la demoiselle pour qu'elle ne pose pas ses yeux sur un autre homme avant un certain temps. Convoqué par Holmes, le beau-père, James Windibank, ricane qu'il n'a violé aucune loi mais il doit fuir avant de recevoir une correction ! Pour Holmes, c'est un futur gibier de potence.

_____

 

Mon avis :


J'ai bien aimé Une affaire d'identité (peut-être parce que j'ai découvert la solution de l'énigme avant que Sherlock Holmes ne la dévoile et du coup le raisonnement m'a semblé moins "alambiqué"). En effet, cette nouvelle n'est sans doute pas la plus mystérieuse et le point de vue de Sherlock Holmes sur les femmes est pour le moins machiste, cependant j'ai trouvé l'histoire très amusante...

________________________________________________

L'espoir est une terre lointaine - Colleen MCCULLOUGH

Pourquoi je le lis :


J'ai lu plusieurs romans de Colleen McCullough Les oiseaux se cachent pour mourir, Le temps de l'amour, la maison de l'ange. Je les aimés, cependant celui-ci attend depuis très, très longtemps sur les étagères de ma bibliothèque.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


1775. Richard Morgan tient avec son père une taverne au cœur de Bristol. L'Angleterre connaît alors des soubresauts politiques sans précédent : les colons d'Amérique réclament leur indépendance tandis que, au sein du royaume, libéraux et conservateurs s'affrontent dans une atmosphère de fin de règne et de mutations philosophiques et religieuses. C'est aussi l'époque de l'ouverture de routes maritimes qui permettent d'accéder à des terres exotiques. Le climat social est tendu et la répression très dure. On emprisonne pour le vol d'un chapeau ou sur une simple dénonciation. Les prisons sont si pleines qu'il faut songer à de nouvelles mesures pour caser les détenus. Un noble, lord Sidney, propose alors de les expédier dans les terres lointaines. Lorsque Richard Morgan est injustement condamné pour vol, il connaît l'horreur des geôles anglaises. A Bristol d'abord, puis à Londres, ou il subit de terribles épreuves. Pourtant, celles-ci ne sont rien comparées au sort qui l'attend sur les bateaux qui l'emmèneront jusqu'à une petite île perdue au large de l'Australie : Norfolk Island. Comme tant d'autres forçats, il perd tout contact avec son ancienne vie et doit affronter une existence sans repères sur une île gouvernée par des hommes cruels. Il sait qu'il a atteint le point de non-retour. A moins que sa sagesse, son bon sens, son endurance n'aient raison de cette fatalité...

_____

 

Mon avis :


J'avais déjà fait une tentative avec ce roman acheté il y a une douzaine d'années mais j'avais très vite baissé les bras, incapable d'entrer dans l'histoire. Je l'avais alors laissé de côté en attendant un moment plus propice.

La réédition tout récente du roman en deux tomes aux éditions l'Archipel m'a donné envie de retenter ma chance, en vain. L'espoir est une terre lointaine n'est vraiment pas fait pour moi...

Je ne suis pas allée assez loin dans ma lecture pour pouvoir donner un véritable avis, mais je suis décidée à offrir une autre chance à ce roman en lui rendant sa liberté : je le déposerai dans une boîte à livres à la première occasion.

________________________________________________

mardi 15 août 2017

La nuit dernière - Ruthie KNOX

Pourquoi je le lis :


C'est la critique de Chani sur le blog De livres et d'épice qui m'a donné envie de découvrir cette romance ...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Mary-Ann Caruso a commis bien trop d'erreurs de jeunesse. Voilà deux ans qu'elle a pris des bonnes résolutions et qu'elle mène une existence presque monacale jusqu'au jour où, après une soirée arrosée, elle se réveille dans le lit d'un bel inconnu croisé dans le métro. Le beau Neville, issu d'une puissante dynastie de financiers, est artiste à ses heures perdues. Tout les oppose, mais le jeune homme a de quoi lui faire oublier leurs différences : du talent, d'incroyables tablettes de chocolat et des biscuits Oréo.

_____

 

Mon avis :


Voilà une lecture très mitigée, au point que j'ai dû faire une liste de ce que j'ai aimé ou pas ; et même comme ça, je ne suis pas trop sûre de mon impression finale...

D'un côté, j'ai bien aimé :
- le style fluide et léger qui fait que le roman se lit très vite.
- la bonne humeur qui se dégage du texte et des personnages (du moins dans la première partie du roman).
- la rencontre entre les deux héros, Nev et Mary, inhabituelle et pleine d'émotions en tous genres.
- la persévérance de Nev à se faire une place dans la vie et le cœur de Mary, ainsi que son côté "homme parfait" dans les premiers chapitres (même si ce n'est pas très réaliste, ça fait rêver...).

D'autre part, j'ai nettement moins aimé :
- le passé ténébreux des personnages (non mais c'est vrai, doivent-ils vraiment avoir subi tous les malheurs de monde pour mériter d'être les héros du livre ?).
- le côté hyper-mélodramatique de la seconde partie du roman où tout devient sujet à tragédies.
- un certain nombre de détails, ici et là, qui font que l'histoire sonne faux (au bout d'un mois, ni Mary, ni Nev n'ont pensé à demander l'âge de l'autre ? la belle-mère tyrannique, redoutée de tous, est matée en moins d'un quart d'heure avec modèle de tricot ? etc)
C'est donc une lecture qui m'a fait lever les yeux au ciel autant qu'elle m'a fait sourire, mais je ne pense pas que je lirai d'autres livres de cet auteur à moins d'être sûre que l'intrigue ne bascule pas dans le mélo à mi-chemin...

________________________________________________

Une place à prendre - J.K. ROWLING

Pourquoi je le lis :


J'étais curieuse de découvrir ce que peut écrire, dans un tout autre registre, l'auteur des Harry Potter, une série de romans que j'ai adorée...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre...

Comédie de mœurs, tragédie teintée d’humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

_____

 

Mon avis :


Je ne suis pas allée assez loin dans la lecture d'Une place à prendre pour pouvoir vraiment donner un avis. En effet, dès les premières pages, l'atmosphère ne m'a pas plu (trop sombre, trop cynique à mon goût) ; et, après consultation d'autres avis sur Internet qui ont confirmé cette première impression, j'ai décidé de ne pas poursuivre...

________________________________________________

lundi 14 août 2017

La passe-miroir . tome 3 . La mémoire de Babel - Christelle DABOS

Pourquoi je le lis :


Comment résister au troisième tome de La Passe-Miroir ?

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Deux ans et sept mois qu'Ophélie se morfond sur son arche d'Anima. Aujourd'hui, il lui faut agir, exploiter ce qu'elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d'information divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d'adversaires toujours plus redoutables? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn?

Dans un troisième livre vibrant, Christelle Dabos explore la merveilleuse cité de Babel. En son cœur, un secret insaisissable, qui est à la fois la clef du passé et celle d'un futur incertain.

_____

 

Mon avis :


J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire, mais le temps de retrouver mes repères (c'est que j'ai lu quelques romans depuis Les disparus du Clairdelune, il a un peu plus d'un an...) et de passer une première partie qui m'a semblé un peu longue, et je n'ai plus pu lâcher ce troisième tome.

Dans La mémoire de Babel, on change complètement d'univers, abandonnant les contrées glacées du Pôle pour l'atmosphère étouffante de Babel, et nous nous imprégnons très vite de cette nouvelle atmosphère grâce au talent de l'auteur pour planter un décor, le peupler, lui donner une histoire, etc. En effet, la plume de Christelle Dabos est toujours aussi inventive et délicieuse, alternant humour et émotion sans le moindre faux pas. J'adore toutes ses petites trouvailles qui rendent son style si personnel et si vivant.

J'ai malgré tout eu un peu de mal avec certains aspects du roman : les personnages secondaires qu'on rencontre dans La mémoire de Babel sont moins attachants, on n'entre pas vraiment dans leur histoire ; et puis Ophélie perd de l'assurance et de la maturité qu'elle avait gagnées dans le précédent tome, et tout est à recommencer ou presque (un peu comme dans sa relation avec Thorn) ; et toujours cette façon de faire de Dieu un personnage presque comme les autres, le réduisant au rôle d'adversaire plus ou moins nuisible qu'on peut croiser au coin de la rue (cela donne des dialogues surréalistes...).

Par contre, les chapitres "racontés" par Victoire entraînent une cassure dans le rythme du roman qui m'a d'abord un peu agacée, mais qui finalement apportent beaucoup au récit : ils nous permettent de garder le contact avec les personnages des précédents tomes (cela m'a manqué de ne plus les voir entourer Ophélie) et de réaliser que la menace redoutée poursuit son avancée...

Le dénouement, et plus particulièrement la manière dont la relation entre Thorn et Ophélie évolue m'a beaucoup plu. Leurs retrouvailles étaient assez décevantes (c'était frustrant de les voir revenir en arrière, comme si rien n'avait été dit à la fin du tome 2), mais finalement ils parviennent à surmonter cette distance entre eux et j'ai trouvé que c'était très joliment décrit...

Et maintenant, il ne reste plus qu'à attendre le quatrième tome...

________________________________________________

dimanche 13 août 2017

Edenbrooke - Julianne DONALDSON

Pourquoi je le lis :


En ce moment je lis (ou du moins j'essaie) le troisième tome de La Passe-Miroir, La mémoire de Babel, mais j'avoue que j'ai du mal à entrer dans l'histoire, beaucoup de mal même...

Du coup, je me dis que je ferais mieux de faire une pause. Et cette pause ce sera Edenbrrooke, une romance que j'ai lue il n'y a pas très longtemps mais dans laquelle j'ai très envie de me replonger depuis que j'ai lu Blackmoore il y a une dizaine de jours...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Eprise de liberté, Marianne Daventry n'est pas heureuse à Bath. Lorsque sa sœur l'invite à passer l'été à Edenbrooke, la jeune femme n'hésite pas une seconde. Devant parfaire son éducation, condition sine qua non pour pouvoir prétendre à l'héritage de sa grand-mère, Marianne tente désespérément de ne pas se laisser charmer par le maître des lieux, sir Philip, séducteur patenté. Parviendra-t-elle à contenir les élans de son cœur ou succombera-t-elle à son sourire ?

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup apprécié Edenbrooke, plus encore que lors de ma première lecture. C'est vrai que l'intrigue est tout à fait classique et que l'histoire est très fleur bleue, mais c'est exactement ce dont j'avais besoin aujourd'hui : une jolie histoire très romantique.

Je pourrais reprendre presque mot pour mot ma précédente critique, si ce n'est qu'étant d'humeur cafardeuse je me suis sentie beaucoup moins critique vis à vis de Marianne, l'héroïne, et de son manque de confiance en elle. Par contre Philip est toujours aussi craquant...

Pour conclure, j'ajouterai que même si j'ai adoré les deux romans de Julianne Donaldson, j'ai préféré Edenbrooke à Blackmoore car l'intrigue me semble plus "réaliste"...

________________________________________________

samedi 12 août 2017

Le Fils d'Astérix - René GOSCINY & Albert UDERZO

Pourquoi je le lis :


Enfant, j'adorais cet album. J'espère que le plaisir sera la même lors de cette relecture...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Les cigognes ont perdu la tête : un bébé vient d'être livré par erreur chez Astérix et Obélix ! Au village, les rumeurs vont bon train sur la soudaine paternité d’Astérix.
 
Etrangement, les Romains, à commencer par le vil Brutus, s'intéressent au plus haut point au sort de ce bébé amateur de potion magique… 

_____

 

Mon avis :


J'aime toujours beaucoup cet album où Astérix n'est pas loin de perdre son sang froid. Entre le bébé gavé de potion magique, le mystère de son identité à élucider et les rumeurs qui courent dans le village, Astérix est sérieusement débordé par tout ce qui lui arrive. Obélix est presque serein (et plus efficace) dans son rôle de père adoptif...

________________________________________________

L'odyssée d'Astérix - René GOSCINY & Albert UDERZO

Pourquoi je le lis :


Une relecture s'impose : je me rends compte que je ne me souviens absolument pas de ce qui se passe dans cet album...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Pris de panique, Panoramix s'effondre. Les réserves d'huile de roche, ingrédient essentiel de la potion magique, sont vides. Astérix et Obélix, suivis de près par le druide espion Zérozérosix et sa mouche savante, s'embarquent pour un long voyage, à la recherche de l'huile de roche.

Tyr, Jérusalem, Bethléem, les rivages de la mer Morte et les plaines désertiques : Albert Uderzo, même à court de petra oleum, ne manque pas d'idée pour faire rire et rêver !

_____

 

Mon avis :


J'ai bien aimé cet album, surtout pour les caricatures (en particulier James Bond, alias Sean Connery) et les retrouvailles avec Epidemaïs, le marchand phénicien rencontré dans Astérix gladiateur.

Certains gags, comme les rencontres avec les différentes tribus dans le désert, ne m'ont pas tellement amusée mais sinon il n'y a pas de temps morts et les péripéties s'enchaînent à un rythme soutenu jusqu'aux dernières pages qui laissent redouter l'échec de la mission confiée à Astérix et Obélix.

Un très bon moment de lecture...

________________________________________________

jeudi 10 août 2017

D'or et de sang, la malédiction des Valois - Catherine HERMARY-VIEILLE

Pourquoi je le lis :


Il y a quelques jours, j'ai vu un reportage sur Marguerite de Valois, dite la Reine Margot. Non seulement, cela m'a donné envie de relire le roman d'Alexandre Dumas, mais en plus j'ai été incapable de résister lorsque je suis tombée sur le dernier roman de Catherine Hermary-Vieille à la médiathèque qui évoque également le destin de la sulfureuse Reine Margot...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Ils ont été les derniers rois de la Renaissance. Violents, cruels, dégénérés, soumis à la férule de Catherine de Médicis, mère abusive, régente ambitieuse, qui tiendra jusqu'au bout un pouvoir que ses fils étaient incapables d'assumer. François II, Charles IX, Henri III, le duc d'Anjou... tous disparaitront dans la fleur de l'âge, assassinés, emportés par la maladie ou la folie.

Libre, rebelle, sensuelle, leur sœur Marguerite, « la perle des Valois », affiche une vie dissolue, collectionnant les amants. Elle acceptera pourtant de se plier à la raison d'Etat en épousant Henri de Navarre, le futur Henri IV.

Femme fatale, la reine Margot domine l'extraordinaire roman de Catherine Hermary-Vieille qui nous plonge dans les fastes et les horreurs d'une cour de France hantée par les espions, les empoisonneurs et les spadassins, gouvernée par des fauves sanguinaires qui s'entredéchireront jusqu'à la mort de leur dynastie.

_____

 

Mon avis :


J'ai bien aimé D'or et de sang même si j'ai trouvé un peu frustrant de voir de grands événements historiques évoqués en seulement quelques lignes ou quelques pages ; mais il est vrai que raconter plusieurs décennies d'une période très riche de l'Histoire de France en moins de 400 pages nécessite une certaine concision...

Par contre, cette concision nous permet de prendre toute la mesure de ces derniers Valois, une fratrie dominée par Catherine de Médicis, qui a donné trois rois à la France. Avec une grande précision historique et un style agréable, l'auteur nous immerge dans une période particulièrement tourmentée de l'Histoire où l'intérêt personnel des monarques et de leurs proches (rivalités, ambitions, vengeances, passions, etc) supplantaient bien souvent l'intérêt de l'Etat ou des peuples gouvernés. Cela donne un récit très vivant et plus riche en rebondissements que ne pourrait l'être n'importe quelle fiction.

________________________________________________

Les aventures de Sherlock Holmes - La ligue des rouquins - Arthur CONAN DOYLE

Pourquoi je le lis :


Je poursuis ma lecture des Aventures de Sherlock Holmes avec cette deuxième nouvelle...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Jabez Wilson, petit prêteur sur gages, ancien charpentier de marine, qui tient une modeste boutique au coin de Saxe Coburg Square à Londres, demande l'aide de Sherlock Holmes après avoir intégré une certaine Ligue des Rouquins, prétendument financée par l'héritage d'un excentrique milliardaire américain décédé sans enfants et animé d'un étrange esprit philanthropique envers les rouquins comme lui. En effet, quelques semaines auparavant son jeune assistant, Vincent Spaulding, un étrange personnage, se comportant en employé zélé, qu'il a embauché à un salaire ridiculement bas lui a montré une annonce où il était écrit que toute personne rousse pouvait espérer pouvoir intégrer la Ligue des Rouquins et ainsi gagner quatre livres par semaine. Wilson s'est alors présenté et a été engagé par un certain Duncan Ross. Sa mission est de recopier des pages de l'encyclopédie britannique de 10 h à 14 h. Pendant cette tranche horaire, en général creuse pour ses affaires, il laisse sa boutique aux soins de Vincent Spaulding et est grassement payé pour cette sinécure absurde qu'il accomplit ponctuellement. Il faut aussi ajouter que Ross a bien insisté sur le fait qu'il devait toujours être ponctuel et ne jamais sortir pendant ces quatre heures de travail sous peine d'être licencié. Tout se passe très bien pendant plusieurs semaines mais un jour alors que Wilson allait à son travail il trouve sur la porte une feuille annonçant la dissolution de la Ligue des Rouquins. Cette affaire devenant de plus en plus floue, il décide d'aller voir Sherlock Holmes et avec son aide, découvre que Vincent Spaulding, dont le physique caractéristique est bien connu d'Holmes s'appelle en réalité John Clay et est un malfaiteur notoire, connu pour son infernal culot . Sherlock Holmes se rend sur place, frappe le sol de sa canne aux alentours de la boutique de Jabez Wilson et découvre que sa minable échoppe de prêteur sur gages est "l'envers du décor" d'un immeuble bourgeois beaucoup plus cossu donnant sur Fleet Street et abritant une grande banque de règlements internationaux, qui vient d'accepter une énorme somme en napoléons d'or pour une garantie de transaction avec le gouvernement français.

 Il soupçonne la présence d'un tunnel entre les deux immeubles et comprend que l'affaire est brûlante: L'entourloupe de la "Ligue des Rouquins" n'avait d'autre but que de tenir éloigné Jabez Wilson de sa boutique le temps nécessaire au creusement du tunnel à partir de la cave où, par ailleurs, le prétendu Spaulding s'enfermait souvent sous prétexte de développer des photos.

Aidé de Mr Meryweather le directeur de la banque, et d'un policier de Scotland Yard, Holmes et son fidèle Watson tendent une souricière nocturne dans les caves de la banque et c'est ainsi qu'ils empêchent un "casse du siècle" et mettent la main au collet de Spaulding alias Clay, qui avait méticuleusement préparé ce "casse" audacieux avec ses complices.

_____

 

Mon avis :


Cette nouvelle m'a un peu moins plu que mes précédentes lectures de Sherlock Holmes. Le détective est toujours aussi astucieux, mais le cas m'a semblé un peu moins palpitant, moins mystérieux...

________________________________________________

lundi 7 août 2017

Face à la mer - Françoise BOURDIN

Pourquoi je le lis :


J'ai évidemment craqué pour le dernier roman de Françoise Bourdin lors de mon dernier passage dans une librairie...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Mathieu tient une librairie indépendante au Havre depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à son entreprise, ce qui lui a valu un divorce et l'a empêché de voir grandir sa fille, Angélique. Passionné par son métier, entouré de collaborateurs qui l'admirent, il réussit pleinement. Mais le succès a un prix, et un jour, c'est le burn-out. Impossible pour Mathieu de pousser la porte de sa librairie.

Déprimé, apathique, il décide de tout plaquer et de se réfugier à Sainte-Adresse, dans la maison de son vieil ami César qui vient de mourir. Alors qu'il n'aspire qu'à la solitude, ses proches s'invitent les uns après les autres. Tess, sa compagne amoureuse mais impuissante à l'aider, son ex-femme, ses quatre frères, qui ne comprennent pas les raisons d'une telle crise. Seule Angélique prend la mesure de la situation et, malgré sa jeunesse, décide de veiller sur la librairie et de motiver chaque jour les employés, quitte à négliger ses études.

Tandis que Mathieu tente de trouver dans son passé l'origine du mal qui l'anéantit, la détermination sans faille d'Angélique pourrait bien l'aider à se reconstruire et à envisager une nouvelle façon d'exercer son métier. Surtout si des dangers surgissent...

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé le dernier roman de Françoise Bourdin, bien que j'aie eu quelques doutes en commençant ma lecture.

Après les premières pages légèrement déroutantes où le personnage principal, Matthieu, apparaît complètement amorphe et renfermé sur lui-même, je me suis prise de sympathie pour ce héros, ou plutôt cet anti-héros qui souhaite seulement qu'on lui fiche la paix. Bien conscient que ça ne va pas, il est cependant tout à fait incapable de réagir, même lorsque son entourage intervient, le plus souvent avec maladresse, tentant un peu tout et n'importe quoi pour le sortir de son apathie. En vain. J'ai trouvé très intéressant cette façon de mettre la maladie qui reste énigmatique au centre du roman et si finalement le rétablissement de Matthieu semble presque miraculeux, c'est un plaisir de le voir retrouver goût à la vie et faire des projets même s'il n'a pas encore retrouvé toute son assurance.

Outre la maladie de Matthieu, Françoise Bourdin nous dépeint une famille dont les liens sont distendus et qui ne partagent plus rien que quelques obligations. Cela donne des situations assez tristes où l'indifférence et l'exaspération prennent le pas sur l'inquiétude et la compassion qui devraient prévaloir lorsqu'un membre de la famille a des problèmes.

Comme toujours, le style de Françoise Bourdin est fluide, nous offrant le point de vue des différents protagonistes ce qui permet d'apporter des nuances au récit. J'ai également apprécié de découvrir Le Havre à travers les yeux de personnages qui adorent leur ville ; et aussi le métier de libraire qui apparaît autant comme un commerçant inquiet de ses chiffres que comme un passionné soucieux de partager ses trouvailles.

Enfin bref, j'ai passé un très bon moment avec Face à la mer.

________________________________________________

dimanche 6 août 2017

Les aventures de Sherlock Holmes - Un scandale en Bohême - Arthur CONAN DOYLE

Pourquoi je le lis :


Après Une étude en rouge et Le signe des quatre, les deux premiers romans mettant en scène Sherlock Holmes, je poursuis avec une nouvelle, Un scandale en Bohême, qui ouvre le recueil de douze nouvelles : Les aventures de Sherlock Holmes (qui est également le titre du livre que j'ai acheté et qui regroupe plusieurs romans et nouvelles du célèbre détective; il y a de quoi s'y perdre !).

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Le roi de Bohême demande l'aide de Sherlock Holmes : Irène Adler possède une photographie sur laquelle il figure avec elle et elle menace de révéler leur ancienne relation à sa future femme, la seconde fille du roi de Scandinavie, ce qui mettrait ce mariage en péril. Pour se préserver de ce scandale, il demande à Holmes de découvrir où Irène a caché la photo et de la dérober.

Sherlock Holmes mettra en œuvre un stratagème : lors d'un incendie, les gens ont tendance à protéger ce qu'ils ont de plus précieux. En parvenant à entrer chez Madame Adler grâce à un déguisement et à lui faire croire qu'il y a le feu, Holmes découvre la cachette.


Mais le lendemain, lorsqu'il revient avec le roi de Bohême pour prendre la photo, il découvre avec étonnement qu'Irène Adler est partie et lui a laissé une lettre dans laquelle elle explique qu'elle a découvert qui il était. Elle rassure aussi son ancien amant en lui promettant que la photo ne sera pas utilisée puisqu'elle a désormais trouvé un mari aimant et qu'elle aime.

_____

 

Mon avis :


Cette nouvelle de Sherlock Holmes m'a beaucoup plu, sans doute même davantage que les deux romans précédemment lus,  Une étude en rouge et Le signe des quatre. La brièveté du texte correspond tout à fait à la dynamique de l'intrigue qui ne souffre d'aucun temps mort et j'ai adoré voir l'illustre détective se faire doubler par une femme alors qu'il ne les tient pas en très haute estime...

________________________________________________

samedi 5 août 2017

Blackmoore - Julianne DONALDSON

Pourquoi je le lis :


Il y a un peu plus d'un an, j'ai lu Edenbrooke du même auteur et comme je l'avais beaucoup aimé, je poursuis avec le deuxième roman de Julianne Donaldson...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


En raison d'un lourd secret que Kate Worthington détient depuis des années, celle-ci souhaite ne jamais se marier et rêve de partir pour les Indes. Malheureusement, sa mère a d'autres projets pour elle et l'oblige à conclure un marché : elle pourra y aller si elle parvient à refuser trois demandes en mariage. Kate se rend alors au manoir de Blackmoore où elle retrouve son ami d'enfance, Henry Delafield. Elle demande à ce dernier de l'aider afin de fuir cette vérité qui a, depuis toujours, maintenu son cœur captif. 

_____

 

Mon avis :


J'ai passé un très bon moment avec cette délicieuse romance qui nous entraîne dans l'Angleterre du XIXème siècle.

La situation de départ m'a d'abord paru pas très crédible, puis je me suis laissé embarquer à la suite de l'attachante Kate, une jeune femme en quête de liberté pour échapper aux pressions exercées par sa mère pour la marier rapidement. Certains personnages secondaires sont un peu excessifs, frôlant la caricature, mais l'histoire est bien menée avec des flashbacks qui viennent étayer le récit et la romance est vraiment touchante, construite à petites touches très romantiques.

Un seul vrai reproche à formuler : j'ai eu l'impression d'arriver trop vite à la dernière page, mais cela signifie aussi que Blackmoore a été une lecture très agréable.

________________________________________________

vendredi 4 août 2017

Les aventures de Sherlock Holmes : Le signe des quatre - Arthur CONAN DOYLE

Pourquoi je le lis :


Il s'agit du deuxième roman du recueil Les aventures de Sherlock Holmes que j'ai acheté il y a quelques années. Comme j'ai beaucoup aimé Une étude en rouge lue en début de semaine, me revoici déjà avec Le signe des quatre...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Chaque année, la jeune Mary Morstan, dont le père, officier dans l’armée des Indes, a disparu depuis longtemps, reçoit par la poste une perle. Le jour où une lettre lui fixe un mystérieux rendez-vous, elle demande au célèbre Sherlock Holmes de l’accompagner…

Cependant que le bon Dr Watson est conquis par le charme de la jeune fille, nous nous enfonçons dans une des plus ténébreuses énigmes qui aient été offertes à la sagacité du détective. L'Inde des maharajahs, le fort d'Agra cerné par les Cipayes révoltés, le bagne des îles Andaman sont le décor de l’extraordinaire aventure que Holmes va reconstituer, et qui trouvera sa conclusion dans les brouillards de la Tamise…

_____

 

Mon avis :


J'ai bien aimé Le signe des quatre où il est question d'une histoire de vengeance qui prend ses racines aux Indes. Sous couvert d'une enquête criminelle rondement menée, Arthur Conan Doyle nous fait découvrir différents épisodes de l'histoire coloniale britannique : la révolte des Cipayes, le bagne de l'île Andaman,...

Dans cette deuxième aventure du célèbre détective londonien, on retrouve un Sherlock Holmes toujours aussi (sur)doué et arrogant, mais le personnage gagne en épaisseur et en subtilité tandis qu'on le découvre cocaïnomane, boxeur, comédien, etc, mais on se rend aussi compte qu'il a su s'attirer la gratitude de nombre de personnes désormais prêtes à lui rendre de grands services.

De son côté, le docteur Watson apparaît comme étant plus humain et plus proche du lecteur, et ce d'autant plus que dans ce roman il tombe amoureux, un sentiment que Sherlock Holmes méprise complètement.

Le signe des quatre m'a donc bien plu, mais peut-être pas tout à fait autant qu'Une étude en rouge.

________________________________________________

mercredi 2 août 2017

Les couleurs de la vie - Lorraine FOUCHET

Pourquoi je le lis :


J'ai beaucoup aimé Entre ciel et Lou, lu il y a peu, et je n'ai donc pas résisté lorsque je suis tombée sur le dernier roman de Lorraine Fouchet à la librairie.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Fraîchement débarquée de son île bretonne à Antibes pour devenir la dame de compagnie de Gilonne, Kim est frappée par la complicité qui unit cette ancienne actrice à son fils unique. Aussi, quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle apprend que celui-ci aurait disparu des années plus tôt… Gilonne est-elle victime d’un imposteur ? Guidée par son désir de protéger celle qui pourrait être sa grand-mère, Kim va tenter de percer le secret de cette mystérieuse famille.

Résolument optimiste, Les Couleurs de la vie déploie toute la magie de Lorraine Fouchet : des vagues de tendresse, un parfum de Bretagne, une pincée de suspense et de l’humour à foison… Un merveilleux hymne à la vie en Technicolor !

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé Les couleurs de la vie, presque autant qu'Entre ciel et Lou qui m'avait tout particulièrement touchée.

Dans Les couleurs de la vie, Lorraine Fouchet évoque la difficile question de la fin de vie des personnes âgées : la façon dont elles passent leurs dernières années (la lente déchéance physique et parfois mentale, l'attention ou le manque d'attention de la famille, la vie en maison de retraite,...) ainsi que le choix qu'elles font (ou n'ont pas la possibilité de faire) pour s'épargner les ultimes souffrances ou la dépendance vis à vis des proches ou au contraire leur désir de profiter jusqu'au bout des plaisirs de la vie...

L'autre grand thème du roman, c'est la maternité. L'héroïne, une jeune femme qui n'a jamais connu sa mère, découvre qu'elle est enceinte juste au moment où sa grand-mère qui l'a élevée se donne la mort. Et au cours de son séjour à Antibes, elle côtoie une vieille dame qui a été une mère exécrable, tyrannique et égoïste, et un jeune homme profondément blessé par le désamour de sa mère, une jeune mère qui veut protéger son jeune fils au risque de le priver d'une partie de son histoire... Lorraine Fouchet nous offre ainsi des portraits de mères sans concession, parfois excessifs, violents ou pitoyables, mais toujours très humains et nuancés.

Malgré des sujet pas très gais et le passé dramatique des personnages, le ton reste toujours optimiste et on sent que l'auteur déborde de tendresse pour ses personnages. En plus, le style de Lorraine Fouchet est très vivant, truffé de petites trouvailles (jeux de mots originaux, objets qui interviennent en aparté pour donner leur point de vue, etc) qui nous happent dans le texte.

J'ai donc passé un très bon moment avec ce roman qui se dévore avec le sourire.

________________________________________________

lundi 31 juillet 2017

Les aventures de Sherlock Holmes : Une étude en rouge - Arthur CONAN DOYLE

Pourquoi je le lis :


J'ai acheté ce recueil qui regroupe cinq des aventures du célèbre Sherlock Holmes il y a une dizaine d'années et je me décide enfin à l'entamer avec la lecture d'Une étude en rouge...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Au n° 3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : " Rache ! ". Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par des mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l'Ancien. Quel lien entre ces deux événements aussi insolites que tragiques ? Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dérouler. Une intrigue toute en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître...

Ou alors :

Blessé, déprimé, le docteur Watson rentre de la guerre en Afghanistan - celle de 1878. Mais où loger à Londres ? Un vieil homme lui propose de partager un appartement avec un drôle de loustic, un certain Sherlock Holmes. L'homme est un vrai scientifique, un maître de l'observation et de la déduction... Coïncidence ? On vient de découvrir un cadavre au 3, Lauriston Gardens, sans la moindre trace de sang. Mystère, mystère...


_____

 

Mon avis :


Je connaissais déjà Arthur Conan Doyle pour avoir lu Le monde perdu il y a quelques années et je connaissais également Une étude en rouge pour en voir vu une adaptation télévisée qui ne m'avait pas laissé beaucoup de souvenirs. Cette lecture a malgré tout été une vraie découverte qui m'a agréablement surprise : le style de Conan Doyle est très rythmé et non dénué d'humour. Il parvient à nous immergé dans le Londres du XIXème siècle aussi bien que dans les grands espaces américains à peine colonisés grâce à une plume très vivante qui nous épargne les descriptions interminables.

N'étant pas une grande fan de romans policiers, je dois avouer que j'ai davantage apprécié la seconde partie du roman où on nous raconte les circonstances qui ont amené le criminel au double meurtre : une histoire d'amour dramatique dans la communauté mormone de la toute jeune ville de Salt Lake City ; une histoire de vengeance où le coupable attire davantage la sympathie que les victimes...

Comme Rouletabille, Sherlock Holmes est un personnage assez agaçant : très sûr de lui, limite arrogant, ses capacités d'observation et de déduction hors norme donnent parfois l'impression qu'il trouve la solution de l'énigme comme un magicien sortirait un lapin d'un chapeau. Mais heureusement Watson, plus proche du lecteur, est là...

J'ai donc beaucoup aimé Une étude en rouge et je pense que je lirai sans trop tarder le deuxième roman de ce recueil, Le signe des quatre (en tout cas je n'attendrai pas dix ans cette fois !).

________________________________________________

dimanche 30 juillet 2017

La promesse - Mia SHERIDAN

Pourquoi je le lis :


Une petite envie de romance, une quatrième de couverture tentante, et voilà un roman de plus dans ma bibliothèque...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Grayson a promis à son père qu'il mettrait tout en œuvre pour sauver le vignoble familial de la Napa Valley. Mais c'est loin d'être gagné quand on n'a pas un sou et un passé qui n'inspire guère la confiance. C'est pour cela qu'il va accepter de réfléchir à la curieuse proposition que lui fait Kira : un mariage de convenance qui lui permettra d'obtenir une part de l'héritage de la grand-mère de la jeune femme.

Cela va à l'encontre de ses convictions mais a-t-il le choix s'il veut tenir sa promesse ?
 
Kira est jolie, fantasque, généreuse, pas vraiment l'héritière futile qu'il croyait. C'est une vraie petite sorcière qui le rend fou et l'envoûte. Elle pourrait bien séduire celui qu'elle surnomme le Dragon...

_____

 

Mon avis :


Je n'ai pas tellement aimé ce roman essentiellement parce qu'il ne correspondait pas à ce que j'espérais en l'achetant.
 
Quelques maladresses de traduction et des "ratés" dans la mise en page m'ont déjà un peu rebutée : difficile de se laisser porter par le fond lorsque la forme n'y est pas...
 
En plus, la situation de départ m'a paru peu crédible : se marier pour obtenir un héritage n'est pas si rare dans les romances, mais j'ai trouvé qu'ici la nécessité de ce mariage n'était pas vraiment justifiée. Que Grayson, le héros, ait besoin de fonds pour renflouer l'affaire familiale qui fait vivre plusieurs personnes pourrait être compréhensible ; mais que Kira, l'héroïne, n'envisage même pas l'idée de gagner sa vie en travaillant m'a semblé un peu dérangeant.
 
Toutefois ce qui m'a le plus gênée dans le roman, c'est le ton hyper-mélodramatique de toute l'histoire. Dans La promesse, tout ce qui doit mal tourner tourne encore plus mal qu'on aurait jamais pu l'imaginer. Dotés tous les deux d'un passé des plus lourds, Kira et Grayson se déchirent et se réconcilient passionnément je ne sais combien de fois au cours de l'histoire tandis que le sort continue à s'acharner contre eux. Ces montagnes russes émotionnelles m'ont très vite agacée au point que je n'ai plus réussi à prendre au sérieux les multiples péripéties.
 
Déçue d'avoir mal évalué ce roman au moment de l'acheter, je suis allée faire un tour sur les blogs pour voir si j'étais la seule à ne pas avoir aimé, et il semblerait que oui. A peu près tous les avis que j'ai lus sont positifs, voire même très positif à une exception près : Chani, du blog De livres et d'épices, l'a aussi peu apprécié que moi et en propose un résumé aussi drôle que juste...

________________________________________________

vendredi 28 juillet 2017

Syngué sabour, pierre de patience - Atiq RAHIMI

Pourquoi je le lis :


Voilà un roman que j'avais envie de lire depuis un moment...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


syngué sabour, n.f. (du perse syngue «pierre», et sabour «patiente»). Pierre de patience. Dans la mythologie perse, il s'agit d'une pierre magique que l'on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères... On lui confie tout ce que l'on n'ose pas révéler aux autres... Et la pierre écoute, absorbe comme une éponge tous les mots, tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate... Et ce jour-là on est délivré.

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé Syngué sabour, pierre de patience même si les dernières pages m'ont un peu moins plu. Et pourtant cette issue fatale était prévisible puisqu'elle fait écho au conte que la femme raconte à son mari et dont la "morale" est qu'un dénouement heureux est impossible puisqu'un péché a été commis.

L'écriture d'Atiq Rahimi est épurée, sans fioritures inutiles, et elle convoie d'autant mieux les émotions que ne manquent pas de susciter ce roman qui dénonce aussi bien la condition révoltantes des femmes en Afghanistan que l'absurdité de la guerre qui déchire le pays.

Dans ce huis clos oppressant, l'homme et la femme alternent tour à tour dans le rôle de bourreau et de victime. Pas à la même échelle, pas pour des raisons comparables, mais il n'empêche qu'on oscille constamment entre compassion (pour la femme violentée et méprisée par son mari, pour l'homme inconscient privé de soins médicaux qui subit les reproches de son épouse) et aversion (pour le mari fanatique et violent, pour la femme qui règle ses comptes avec un homme inconscient quand elle ne l'abandonne pas lorsque le danger approche). Et même en étant parfaitement conscient que la véritable victime c'est l'épouse, on ne peut totalement renier la pitié qu'inspire le mari.

Il s'agit en tout cas d'une lecture prenante, qui ne peut laisser indifférent.

________________________________________________

jeudi 27 juillet 2017

Amis et rien de plus - Kristan HIGGINS

Pourquoi je le lis :


C'est une relecture.

Les vacances se terminent et j'avais besoin d'une lecture "cosy"...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Depuis l'adolescence, Chastity le sait ; les hommes ne la considéreront jamais autrement que comme une bonne copine, incollable en foot et imbattable aux fléchettes, sans jamais oser envisager quoi que ce soit de plus. Comment pourrait-il en être autrement, alors que ses quatre frères et son père peuvent se transformer en véritables serial-killers dès qu'un représentant de la gent masculine s'approche à moins de dix mètres d'elle ? Mais aujourd'hui, Chastity a décidé de prendre les choses en main et de trouver l'âme sœur, coûte que coûte.

l'homme qui lui fera les quatre enfants dont elle rêve en secret. Alors, quand elle rencontre Ryan, un séduisant chirurgien, elle se dit qu'il est là, enfin, celui qu'elle attendait, celui qui aura le courage d'affronter son envahissante famille - cette famille qu'elle aime tant, par ailleurs. Oui, mais voilà, il y a aussi Trevor, l'ami de toujours, dont un seul regard suffit hélas à faire chavirer son cœur.

_____

 

Mon avis :


Comme lors de ma première lecture, j'ai beaucoup, beaucoup aimé Amis et rien de plus ainsi que son héroïne, Chastity. Comme tous les romans de Kristan Higgins, celui-ci est à la fois drôle et très romantique et il nous fait passer par toutes sortes d'émotions.

En effet, outre l'intrigue amoureuse au centre du livre, il y a tout un lacis d'histoires secondaires que j'ai trouvées très touchantes, en particulier celle des parents de Chastity dont le dénouement est inattendu (oui, même pour une relecture !).

Mais Amis et rien de plus doit tout son charme à de son héroïne, un vrai garçon manqué passionnée de sport, avec un langage de charretier et une carrure d'athlète qui la complexe beaucoup ce qui la rend à la fois touchante et attachante. Ajoutez à cela un héros discret (peut-être un peu trop...), mais très attentionné (on rêverait d'avoir un tel chevalier servant qui maîtrise si bien l'art d'apparaître dès qu'on en a besoin...) et vous obtiendrez une belle histoire d'amour, pleine d'incertitudes jusqu'au dernier chapitre (même si en fait on sait bien comment ça va se terminer, mais on adore trembler pour Chastity et Tevor).


Pour résumer, une jolie histoire riche en émotions, qui fait rire, pleurer, vibrer...

________________________________________________

mardi 25 juillet 2017

Mariage à l'hôpital - Carol MARINELLI

Pourquoi je le lis :


J'ai lu ce roman en version originale (One tiny miracle) il y a quelques années, et j'ai maintenant l'occasion de le lire en français pour vérifier que j'avais bien tout compris 😉 ...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Après le drame qui a brisé sa vie, Ben s’est jeté à corps perdu dans son métier d’urgentiste, mettant délibérément sa vie sentimentale entre parenthèses. Mais l'arrivée dans son service de Céleste, une infirmière dont la présence le trouble dès le premier regard, menace de faire vaciller ses résolutions.

Hélas, enceinte d'un homme qui l'a abandonnée, la jeune femme a d'autres priorités...

_____

 

Mon avis :


Il s'agit d'une romance Harlequin tout à fait typique et prévisible qui se lit très vite. Le style de Carole Marinelli est plutôt agréable, mais les personnages manquent un peu de caractère et le ton est parfois trop mélodramatique pour que le roman puisse vraiment me plaire.

________________________________________________

dimanche 23 juillet 2017

Raison et sentiments - Jane AUSTEN

Pourquoi je le lis :


C'est avec Raison et sentiments que j'ai découvert Jane Austen, après avoir avoir vu le film avec Emma Thompson et Kate Winslet en 1997.

Vingt ans plus tard, j'ai envie de redécouvrir ce roman que je n'avais jamais relu jusqu'à présent.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l'hypocrisie feutrée.

L'aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s'éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments. Jusqu'au jour où Willoughby disparaît...

_____

 

Mon avis :


Comme lors de ma première lecture, il y a vingt ans, j'ai adoré l'histoire de ces deux sœurs si différentes mais si proches malgré tout. L'intrigue est finement ciselée avec ses péripéties qui s'imbriquent les unes dans les autres faisant s'enchaîner harmonieusement les retournements de situations qui s'accumulent au fil des pages.

Et comme dans les autres romans de Jane Austen, les personnages secondaires sont délicieux : drôles, agaçants, détestables ou émouvants, chacun a son rôle à jouer dans une histoire qui n'aurait pas la même saveur sans eux. 

Je dois cependant avouer que la plume de Jane Austen m'a moins plu que dans ses autres romans : certains passages m'ont semblé un peu longs, voire même répétitifs (par exemple, lorsqu'un personnage raconte des événements à un tiers). Mais peut-être cela vient-il de moi : ma capacité de concentration est proche de zéro ces temps-ci...

Cela n'empêche que, même si Orgueil et préjugé et Persuasion restent mes préférés, j'ai beaucoup aimé Raison et sentiments et le personnage d'Elinor, jeune femme si sensible et si raisonnable...

________________________________________________

jeudi 20 juillet 2017

Arabella et le libertin - Georgette HEYER

Pourquoi je le lis :


Mon frère m'a offert ce roman pour mon anniversaire il y a une dizaine d'années. A l'époque j'avais trouvé cette lecture agréable malgré son total manque d'originalité.

A présent, j'ai envie de relire cette histoire dont je ne garde pas de souvenirs très précis avant de décider si je le garde dans ma bibliothèque...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Alors qu'elles se rendent à Londres pour y passer la Saison, Arabella, la fille d'un pasteur, et miss Blackburn, son chaperon, sont victimes d'un incident d'attelage. Elles trouvent alors refuge, le temps d'un souper, chez lord Robert Beaumaris, un aristocrate réputé pour son charme ravageur et son existence dissolue. Excédée par son arrogance, et résolue à lui damer le pion, Arabella lui ment en prétendant être une riche héritière. Mais les choses se compliquent quand, quelque temps plus tard, tous deux se retrouvent face à face lors d'une soirée mondaine...

_____

 

Mon avis :


Dans Arabella et le libertin, Georette Heyer prend le temps de présenter les personnages, de les installer dans un contexte bien développé, celui de la saison londonienne au 19ème siècle. Cependant, à force d'en rajouter, j'ai fini par trouver ce roman un peu trop bavard pour être vraiment agréable à lire.

A part cela, la trame du récit est assez classique, bâtie sur les quiproquos résultant d'un petit mensonge de l'héroïne qui perd bientôt le contrôle de la situation. Le roman datant de 1949 la psychologie des personnages s'en ressent un peu : le "héros" apparaît comme le sauveur de la jeune fille qui est beaucoup plus "passive" que dans les romances historiques rédigées actuellement.

________________________________________________

mardi 18 juillet 2017

Percy Jackson . tome 2 . La mer des monstres - Rick RIORDAN

Pourquoi je le lis :

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Lorsqu'une simple partie de foot se change en bataille contre un gang de cannibales géants, Percy le demi-dieu a un terrible pressentiment. Comme le lui annonçaient ses étranges cauchemars, les frontières magiques qui protègent la Colonie des Sang-Mêlés sont empoisonnées. Pour sauver leur domaine, Percy et ses amis devront parcourir la mer des Monstres, qui porte bien son nom.

_____

 

Mon avis :

 
Comme dans le premier tome, la mythologie tient ici le premier rôle et Rick Riordan nous offre l'occasion de découvrir la variété et la complexité des mythes grecs d'une manière tellement plus amusante que dans les cours d'histoire au collège.

Mais la mythologie sert aussi de cadre à un récit riche en péripéties, sans le moindre temps mort et agrémenté d'une bonne touche d'humour. Les héros (ici littéralement des héros grecs) donnent leur pleine mesure, surmontant leurs faiblesses, multipliant les actes de bravoures, etc. D'ailleurs l'intrigue de "fonds" gagne en complexité et la tension monte tandis que les éléments continuent à se mettre en place pour "le grand affrontement final" qu'on sent inéluctable.

Si j'ai passé un très bon moment avec La mer des monstres, Le voleur de foudre m'avait néanmoins davantage plu...

________________________________________________