samedi 29 octobre 2016

L'australienne - Nancy CATO

Pourquoi je le lis :


J'ai lu ce roman qui était arrivé entre mes mains un peu par hasard il y a une vingtaine d'années. Et si j'en garde un bon souvenir, j'avoue qu'il est très flou et une relecture ne sera pas superflue... 

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Après avoir perdu ses parents dans un terrible naufrage, Délie Gordon est recueillie par son oncle et sa tante, dans l'Australie des pionniers de 1890. Déterminée à tout découvrir de ce nouveau monde qui s'ouvre à elle, Délie connaît ses premiers émois amoureux avec son cousin Adam, avant qu'un tragique accident ne vienne briser leur bonheur...
Guidée par sa passion pour la peinture, la jeune fille décide de tout quitter pour tenter sa chance à Melbourne. Mais, trahie par les élans de son corps, elle épouse Brenton Edwards, le capitaine du Philadelphie, et entame une existence sans amour ni peinture, au gré du fleuve... jusqu'à ce que sa rencontre avec un riche amateur d'art fasse tout basculer. De rêves en désillusions, d'opportunités en coups du sort, malgré les obstacles et les règles d'une société farouche, Délie va lutter pour puiser en elle la force d'accomplir son destin...

_____

 

Mon avis :


Dès les premières pages, je me suis rendue compte que mes souvenirs étaient non seulement flous, mais aussi très parcellaires. Je ne rappelais absolument pas de tout ce qui se passait dans la première partie du roman et qui évoquait l'adolescence de l'héroïne, Délie.

Car L'Australienne, c'est une grande saga (plus de 700 pages) qui raconte la vie de Délie, orpheline suite à un naufrage juste en arrivant en Australie. Une vie marquée par ses passions, la peinture, le fleuve et l'amour... La vie d'une femme qui ne se laisse pas dicter sa conduite par les conventions d'une société qui  n'accorde encore que peu de libertés aux femmes.

Le style de Nancy Cato est agréable et nous offre une très belle image de l'Australie, mais j'avoue ne pas être allée jusqu'au bout du roman : l'intrigue s'éparpillait trop en petites anecdotes qui n'apportaient pas grand chose à l'histoire et j'ai fini par m'ennuyer avec Délie...

________________________________________________

Le théorème des Katherine - John GREEN

Pourquoi je le lis :


Le théorème des Katherine était classé parmi les romans "jeunesse" à la médiathèque, mais la quatrième de couverture m'a donné envie de le lire : l'histoire semble drôle, originale...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Pour Colin, la femme idéale s'appelle Katherine. Il est déjà sorti avec 18 Katherine qui toutes l'ont abandonné. Quand la 19e Katherine le quitte, il part en voyage avec son ami Hassan. Une rencontre va le pousser à réviser sa théorie...

_____

 

Mon avis :


J'étais curieuse de découvrir cette histoire, mais je me suis rapidement rendue compte que le roman n'était pas pour moi : l'atmosphère ne correspondait pas à ce que j'aime et les graphiques qui émaillent le livre m'ont rappelé mon cauchemar du lycée, la géométrie...

Je me suis arrêtée au troisième chapitre...

________________________________________________

lundi 24 octobre 2016

Pas assez pour faire une femme - Jeanne BENAMEUR

Pourquoi je le lis :


Outre la très belle illustration de couverture, c'est la quatrième de couverture qui m'a donné envie de lire ce court roman...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


A l'université dans les années 70 une jeune fille découvre la puissance formidable de l'amour.

D'un côté la joie qui emporte Judith vers Alain, le "meneur" convaincu de la lutte politique. De l'autre l'appartenance à une famille qui l'entrave, soumise à la tyrannie du père.

Ce roman est celui d'une tension.

Judith apprend à mettre en perspective sa "petite histoire" avec la grande, celle initiée par Mai 68. L'entrée dans le monde de la littérature, de la pensée et de l'action politique lui ouvre le chemin de la liberté. Jusqu'où ?

_____

 

Mon avis :


Pas assez pour faire une femme est un très joli texte sur une jeune fille qui, en l'espace d'une nuit, s'éveille à l'amour et à la sensualité, en même temps qu'à la conscience politique.

Je me rends compte cependant que je n'ai pas été aussi touchée par cette histoire que je ne l'aurais dû ; et ce malgré la plume pleine de sensibilité de Jeanne Benameur, qui évoque à petites touches les premiers émois d'une héroïne à fleur de peau et marquée par un père autoritaire.

Pas assez pour faire une femme reste une lecture très agréable malgré cette petite déception...

________________________________________________

dimanche 23 octobre 2016

Rendez-vous à Kerloc'h - Françoise BOURDIN

Pourquoi je le lis :


Ce n'est pas une nouveauté : j'aime beaucoup ce qu'écrit Françoise Bourdin, au point d'en être à relire les romans que j'ai préférés.

J'ai lu Rendez-vous à Kerloc'h pour la première fois il y a bientôt douze ans. J'avais particulièrement apprécié ce livre parce que l'auteur y parle de la Bretagne de la campagne (et non de celle de la mer, comme dans La promesse de l'océan ou Les Sirènes de Saint-Malo).

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Après un divorce catastrophique, quelle idée merveilleuse de venir chercher du réconfort à Kerloc'h ! Pourtant, lorsque Loïc rentre au pays, ce ne sont pas les veillées chaleureuses autour du feu avec ses frères et sa sœur qui l'attendent, mais plutôt les travaux forcés... Lui qui n'a jamais caché son désintérêt pour la ferme familiale doit maintenant obéir aux lois imposées par Arthus le Marrec, chef de famille autoritaire et têtu. Mais, quoi qu'il fasse ou dise, Loïc lit sans les yeux de son père le dégoût qu'il lui inspire. Sans le savoir, il récolte les fruits amers d'un passé douloureux... L'espoir renaît lorsqu'il rencontre Sabine, une ravissante jeune femme flic.

Hélas ! La belle a ses problèmes et demeure inaccessible à cet homme qui lui fait maladroitement la cour... Dès lors, à Kerloc'h, les tensions s'accumulent et les disputes éclatent. Loïc parviendra-t-il à lever le mystère qui entoure cette rancœur si mal dissimulée et saura-t-il donner à sa vie un nouveau départ ?

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé Rendez-vous à Kerloc'h, encore plus que lors de ma première lecture, je pense.

D'une plume toujours aussi agréable Françoise Bourdin nous propose un récit ancré dans le quotidien et sans temps mort. Les personnages, qui ne manquent pas de caractère, sont attachants, en particulier le patriarche de la famille que j'ai trouvé touchant sous ses airs de tyran.

J'ai bien aimé aussi l'image que l'auteur donne de la Bretagne, un peu idéalisée, un peu "carte postale", mais en fait plus subtile qu'il n'y paraît à première vue puisqu'elle n'omet pas d'évoquer des problèmes bien réels tels que l'opposition entre agriculture conventionnelle et agriculture bio, le financement de la recherche scientifique, etc.

Cela aura donc été une lecture très agréable, même si j'aurais aimé pouvoir passer un peu plus de temps avec la famille Le Marrec...

________________________________________________

vendredi 21 octobre 2016

Dancing in the moonlight - RaeAnne THAYNE

Pourquoi je le lis :


Ce roman fait partie d'un lot offert par les éditions Harlequin pour faire découvrir leurs différentes collections...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Lieutenant Magdalena Cruz had come home, but it wasn't the way she'd envisioned her return. And though all she wanted was to be alone, infuriatingly handsome Dr. Jake Dalton – of the enemy Daltons – wouldn't cooperate. And she needed him to, because the walls around her heart were dangerously close to crumbling every time he came near . . .

Ce qui donne pour l'édition française :

Après avoir renoncé à son métier d'infirmière dans l'armée à la suite d'une blessure, Magdalena Cruz n'aspire qu'à une chose: reprendre sa vie en main dans le refuge de sa ville natale, au cœur de l'Idaho. Encore faudrait-il pour cela éviter le Dr Jake Dalton, auquel elle reproche d'être responsable du drame qui a frappé sa famille et qu'elle déteste. Une rancœur qui lui sert de bouclier quand, dans son regard, elle lit tout le désir qu'elle lui inspire.

_____

 

Mon avis :


Cette relecture vient confirmé ma première impression.

Dancing in the Moonlight est une romance agréable à lire, plus aboutie que la plupart des romances Harlequin. J'ai apprécié la manière dont l'auteur évoque le handicap de son héroïne, illustrant combien il est difficile de s'accepter "diminué physiquement" et à quel point le handicap peut être perçu différemment d'une personne à l'autre.

________________________________________________

Trois ronds de fumée - Colette VLERICK

Pourquoi je le lis :


C'est la suite de L'herbe à la reine et Les mains de Gabrielle que j'ai lus la semaine dernière...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Le destin d'Anne-Marie, née en 1902, dans une famille aisée de Morlaix, semble écrit. Elle grandit dans une demeure bourgeoise et reçoit une bonne éducation, comme ses trois frères aînés. Un jour de 1912, tout bascule... Son univers se désagrège. Elle découvre une autre réalité, celle des gens qui travaillent dur pour peu d'argent et qu'elle côtoiera à la manufacture des tabacs. Sa mère, Julie, vend la belle maison de Morlaix pour se réfugier à Keranna, la ferme que les femmes de la famille se transmettent depuis deux siècles.

Anne-Marie et Julie ont également hérité de la force des « dames de Keranna » et de leur courage pour échapper aux carcans de la société. Arthur, le cousin bien-aimé de Julie, les aidera à traverser les épreuves la tête haute...

_____

 

Mon avis :


Ce troisième tome est dans la droite lignée du précédent, Les mains de Gabrielle : mêmes qualités, mêmes défauts.

Alors que le récit est centré sur le personnage d'Anne-Marie, on commence par l'histoire de sa mère et sa grand-mère et les personnages sont encore très nombreux, tout comme leurs péripéties qui s'étalent sur plusieurs décennies. A vouloir raconter trop de choses, le roman perd en intensité.

Cette fois encore, la Manufacture de tabac passe complètement à l'arrière-plan, n'apparaissant que très épisodiquement comme étant l'employeur de l'héroïne. Et pourtant Colette Vlérick conclut sa trilogie, tout comme elle l'avait entamée, en évoquant l'histoire récente de la Manufacture de Tabac...

Le dénouement aussi m'a déçue : je l'ai trouvé trop mélodramatique pour rester crédible et je n'ai pas aimé la façon dont l'auteur se met en scène dans le roman (en tout cas, j'ai du mal à croire que ce soit vraiment une "histoire vraie").

C'est vraiment dommage de conclure cette saga sur une impression négative...

________________________________________________

mardi 18 octobre 2016

Le linguiste était presque parfait - David CARKEET

Pourquoi je le lis :


J'avais envie de lire ce roman depuis longtemps et j'ai eu la chance d'être tirée au sort pour le recevoir lors des dernières Masses Critiques de Babelio.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Quelqu'un traite Jeremy Cook de trou du cul devant la toute nouvelle et très charmante assistante du centre d'étude du langage des nourrissons où il mène ses recherches, et tout est bouleversé. S'il n'y avait que ça. mais l'affable Arthur Stiph, mystérieux collègue obsédé par l'étrange notion de contre-amitié, est retrouvé mort, assassiné, justement dans le bureau de Cook. Et, d'un coup, ce dernier doit élucider un meurtre, rédiger une conférence insipide dont le sujet change tous les jours, devenir éminemment désirable et, plus important que tout, découvrir - grâce à la linguistique bien entendu, mais aussi quelques coups tordus - qui a bien pu lancer cette foutue rumeur comme quoi il serait un mauvais coup au lit. Qui a dit que la vie d'un linguiste était un long fleuve tranquille ?

_____

 

Mon avis :


J'ai abandonné au bout d'un trentaine de pages : le ton décalé m'a tout de suite hérissée et je n'ai pas eu le courage de persévérer...

Dommage


________________________________________________

lundi 17 octobre 2016

Nos amis les hommes - India KNIGHT

Pourquoi je le lis :


J'ai lu pour la première fois cette sympathique comédie romantique il y a une douzaine d'années. Le roman m'avait beaucoup amusée et c'est ce qui m'a donné envie de le relire...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Mon premier est un étudiant attardé qui porte des pulls qui grattent et sent le chien mouillé. Mon deuxième est un marchand d'art londonien installé à Tokyo. Mon troisième est un chirurgien plastique libidineux qui se prend pour un tigre et entretient de drôles de rapports avec les fruits de saison. Mon quatrième...

Bref, mon tout représente la vie affective de Stella, 38 ans. Ex-femme de l'un, ex-compagne de l'autre et mère d'une adorable Honey de 18 mois, Stella se sent seule. D'accord, il y a Frank, son locataire, Frank qui aurait tout de l'homme idéal... si seulement il n'avait pas été aussi roux 

_____

 

Mon avis :


Voilà une relecture un peu décevante.

Alors que je me rappelais une petite comédie romantique sympa, j'ai été gênée cette fois par la personnalité de l'héroïne qui ne m'a pas plu du tout. Elle est plutôt superficielle et a des opinions très tranchées, presque caricaturales. Il m'a donc été difficile de m'intéresser à ce qui lui arrivait, d'autant que l'histoire met du temps à vraiment démarrer.

Dommage...

________________________________________________

samedi 15 octobre 2016

Jamais deux sans toi - Jojo MOYES

Pourquoi je le lis :


Jojo Moyes fait partie des auteurs que j'aime beaucoup. Jusqu'à présent, j'ai lu cinq de ses romans que j'ai tous adorés :
Et La dernière Lettre de son amant attend dans ma pal...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Jess est à bout : elle se tue à la tâche, son mari a disparu de la circulation, son fils rentre de cours couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille surdouée l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir.
 
Alors qu’elle ne s’y attendait plus, la chance lui sourit enfin. La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la résidence. Accusé de délit d’initié, Ed risque la prison, et il craint plus que tout d’accabler son père malade avec cette nouvelle. Soucieux de s’acheter une conduite et d’oublier ses ennuis, il se propose de venir en aide à Jess. S’ensuit alors une folle équipée avec la petite famille et Norman, leur inséparable chien.
 
Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuels ? Une histoire d’amour aussi bouleversante qu’inattendue mettant en scène la rencontre improbable de deux êtres en perdition.

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé Jamais deux sans toi et ses quatre personnages, tous un peu cabossés, mais très attachants.

L'histoire d'amour entre Ed (informaticien millionnaire accusé de délit d'initié) et Jess (mère de deux enfants qui doit cumuler les petits boulots pour joindre les deux bouts) peut sembler improbable, mais finalement les deux personnages ont davantage en commun qu'il n'y paraît à première vue, à commencer par un avenir des plus incertains et le besoin d'échapper à un quotidien trop difficile à assumer.

La plume de Jojo Moyes est toujours aussi agréable et j'aime vraiment la façon dont elle parvient à garder une certaine légèreté dans son récit malgré la gravité des sujets évoqués (précarité, violences, maladie,...).

Une belle lecture...

________________________________________________

jeudi 13 octobre 2016

Les mains de Gabrielle - Colette VLERICK

Pourquoi je le lis :


C'est la suite de L'herbe à la reine...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


A Morlaix, la réouverture de la manufacture des tabacs, par Napoléon Ier donne un coup de fouet à la ville. Après les années de turbulences révolutionnaires, descendants de corsaires, marins, commerçants, ouvriers et paysans mordent dans la vie à pleines dents. Ainsi Charles Dirou devient-il contremaître et pompier à la manufacture, Joséphine Launay, papetière, ou Jean-Nicolas Bozec, notaire. Et Gabrielle, la belle et généreuse brodeuse aux doigts d'or, fait merveille dans l'atelier de roulage des cigares. La modernité est en route et, désormais, le chemin de fer traverse la ville sur son fameux viaduc.

_____

 

Mon avis :


J'ai moins apprécié ce deuxième tome car l'intrigue m'a paru trop touffue, presque brouillonne. En effet les personnage sont très (trop ?) nombreux et leurs liens évoluent très vite alors que les années défilent à toute allure, au point qu'on finit par en perdre ses repères.

Le rythme ne ralentit qu'au dernier tiers du livre, lorsqu'on aborde plus spécifiquement l'histoire de la fameuse Gabrielle du titre, comme si tout le reste du roman n'avait servi que d'introduction à cette dernière partie... J'ai davantage aimé ces chapitres, mais c'était un peu tard...

Comme dans L'herbe à la reine, l'aspect historique est bien présent, le contexte politique et socio-économique ayant un impact déterminant sur le quotidien des personnages quelle que soit leur classe sociale. Par contre, la manufacture de tabac censée être au centre du récit n'apparaît plus dans le récit qu'en arrière-plan, de manière très épisodique (sauf dans le dernier tiers du roman, là encore).

Je termine donc la lecture de Les mains de Gabrielle légèrement déçue en espérant que le troisième tome de la série, Trois ronds de fumées, me plaira davantage...

________________________________________________

mardi 11 octobre 2016

L'herbe à la reine - Colette VLERICK

Pourquoi je le lis :


J'aime beaucoup ce qu'écrit Colette Vlérick en général car je trouve qu'elle raconte très bien la Bretagne.

Parmi ses romans, j'ai déjà lu :

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


En 1740, s'ouvre la nouvelle manufacture royale des tabacs de Morlaix.

L'herbe à la reine, surnom du tabac inspiré par Catherine de Médicis, assure aux ouvriers un salaire régulier et des avantages sociaux uniques. Dans le port arrivent des navires chargés de marchandises du monde entier, source de richesse pour l'ensemble de la ville.

La prospérité bénéficie à tous : à Anna, la jolie domestique, à l'opulente famille Le Dantec, négociants en gros, qui l'emploie ; à Loïc Madec, le cousin corsaire...

Jusqu'aux années difficiles de la Révolution et à la fermeture de la manufacture, les destins heureux ou chahutés des trois familles s'entrecroisent sur les pavés de Morlaix.

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé L'herbe à la reine et je me suis tout de suite laissée prendre par l'histoire que nous raconte Colette Vlérick grâce au prologue qui ancre le roman historique dans l'actualité en évoquant la fermeture en 1998 de la Manufacture de tabac à Morlaix et son impact sur la ville de Morlaix.

Puis on retourne aux origines de cette Manufacture et le récit démarre au XVIIIème siècle, quelques années avant l'ouverture de la manufacture royale des tabacs de Morlaix. On suit alors les destins de plusieurs familles morlaisiennes qui s'entremêlent en une saga qui s'étale plusieurs décennies et se retrouvent mêlés au vicissitudes de l'Histoire.

Cette saga est avant tout un prétexte pour nous faire découvrir le fonctionnement de la manufacture des tabacs (métiers, circuit commercial, etc) et la vie quotidienne pour les membres des différentes classes de la société dans la ville prospère de Morlaix.

L'herbe à la reine regorge donc d'informations passionnantes, mais j'aurais quand même préféré que l'aspect "roman" soit davantage développé. Peut-être dans le prochain volume, Les mains de Gabrielle....





________________________________________________

dimanche 9 octobre 2016

Rose soie - Camille ADLER

Pourquoi je le lis :


Une jolie couverture, une envie de romance et le voilà avec Rose soie dans ma pal...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Paris, 1884.

Rose de Saulnay est une jeune femme en avance sur son temps et a un goût immodéré pour la mode, ce que ne manque pas de lui reprocher son mari violent. C’est grâce à sa rencontre avec Alexander Wright, le couturier le plus en vue de la capitale, que Rose trouve le courage de réaliser son rêve : elle ouvre une boutique de confection. C’est le début d’une période à la fois difficile et grisante. Mais la passion qui lie Rose et Alexander se transforme peu à peu en un amour qui ne peut s’exposer au grand jour...

_____

 

Mon avis :


Plutôt que la romance à laquelle je m'attendais vu la jolie couverture dans les tons roses, il 'agit ici du récit de l'émancipation d'une jeune femme qui choisit de divorcer d'un époux violent, quitte à être rejetée par la "bonne société" et ce d'autant plus qu'elle décide de "mener une carrière" en ouvrant sa propre maison de couture.

Le style de Camille Adler est très agréable à lire, mais il me semble qu'elle choisit trop souvent la facilité. Les problèmes de l'héroïne se résolvent à chaque fois un peu trop bien, un peu trop vite et de façon un peu trop prévisible, ce qui fait perdre de sa crédibilité à l'intrigue.

Rose Soie aura donc été une lecture agréable et divertissante, parfaite pour un dimanche après-midi de détente...

________________________________________________

samedi 8 octobre 2016

Western girl - Anne PERCIN

Pourquoi je le lis :


J'ai lu Le premier été il y a un peu plus de trois ans et j'avais été tellement émue par ce roman que je n'ai pas osé risquer d'en ternir le souvenir en lisant un autre livre d'Anne Percin jusqu'à maintenant. Et puis je suis tombée sur Western Girl à la médiathèque qui m'a donné envie de tenter ma chance...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Le rêve d'Élise va enfin se réaliser. Son american dream !

Trois semaines dans un ranch du Middle-West.

Tout ce qu'elle aime réuni dans un pack complet : l'équitation, la musique country, les bottes à franges, les cactus dans le désert...

Sauf qu'elle partage le séjour avec une bande de snobinards, tout ce qu'elle déteste !

Alors, comme dans tout bon western, va y avoir de la bagarre, et Élise est du genre Calamity Jane... Les méchantes n'ont qu'à bien se tenir. Et les gentils cow-boys aussi !

_____

 

Mon avis :


J'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman car Western girl s'adresse à un public adolescent et je ne me suis d'abord pas sentie très concernée par ce qui s'y passait. Et puis le charme de l'héroïne, Elise, a fait son effet, tout comme l'écriture d'Anne Percin qui nous donne vraiment l'illusion de lire le journal d'une jeune fille de 16 ans.

Loin de l'héroïne parfaite, Elise fait des erreurs, juge parfois trop vite et peut s'emporter violemment, mais c'est aussi une jeune fille sensible et drôle qui ne se laisse pas abattre et est bien décidée à profiter de son séjour dans un ranch. J'ai adoré la voir réaliser son rêve et le vivre pleinement malgré les tourments que lui font subir ses compagnons de voyage.

Si j'ai beaucoup aimé Western girl, je dois dire que Le premier été reste quand même mon préféré (sans doute parce qu'il s'adresse à un public plus large...).

________________________________________________

Rue du Bonheur - Anna FREDRIKSSON

Pourquoi je le lis :


Je suis tombée sur ce roman à la couverture très colorée à la médiathèque et la quatrième de couverture m'a plu...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Mère célibataire, Johanna lutte pour joindre les deux bouts, tandis que son ex-mari, Calle, a refait sa vie loin d'elle. Il a quitté la ville pour s'installer à Stockholm avec sa nouvelle petite amie la très sophistiquée et cultivée Fanny et commencer une carrière couronnée de succès. De son côté, Johanna s'inquiète pour ses filles, dont la plus jeune est le souffre-douleur du collège. Pour ne rien arranger, un patient se suicide dans le centre pour toxicomanes dans lequel elle travaille comme aide-soignante, et Calle refuse désormais de lui verser sa pension alimentaire. Un beau jour, Johanna gagne vingt millions de couronnes au loto. Sa vie va alors prendre un tout autre chemin.

Anna Fredriksson nous invite Rue du Bonheur et on s'y sent immédiatement comme chez soi. A la manière de Cédric Klapish ou de Katherine Pancol, elle brosse des personnages si réels, si attachants, à notre image tout compte fait, qu'on ressort euphorique et revigoré de ce séjour chez Johanna, Calle et leurs filles.

_____

 

Mon avis :


J'ai interrompu assez vite ma lecture : je n'arrivais pas à entrer dans l'histoire sans qu'il n'y ait vraiment de raison.

Je retenterai sûrement ma dans quelques jours ou quelques semaines, lorsque je me sentirai plus inspirée...

________________________________________________

vendredi 7 octobre 2016

La vallée des ambitions - Nathalie de BROC

Pourquoi je le lis :


Nathalie de Broc fait partie des auteurs que j'aime suivre. Je pense avoir lu tous ses romans, même s'il y a un moment que je n'ai pas eu un de ses livres entre les mains.

La vallée des ambitions est son dernier roman paru...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Belle-Isle-en-Terre, Bretagne, 1870.

De retour de la bataille de Sedan, grièvement blessé, le beau Frédéric Kerviller n’est plus le même homme. Taciturne, il a choisi de rompre avec son passé, ses amis, avec la jeune fille à laquelle il était promis. Il claque la porte de la boutique familiale et se fait embaucher comme simple ouvrier à la fabrique de papier qui emploie son père depuis trente ans. Est-ce le désespoir qui dicte cette fuite ?

Non, Frédéric brûle d’une ambition d’autant plus dévorante qu’elle est déliée de toute considération morale. Il suit un plan dont il a consigné par avance toutes les étapes dans un carnet noir, et qui doit le mener bien au-delà de ses médiocres origines. Son ascension est d’autant plus fulgurante qu’il accomplit l’impossible pour un ouvrier : épouser la fille du patron. Mais c’est sans compter les grains de sable qui viennent toujours se glisser dans les rouages les mieux huilés d’une trop exemplaire existence…

_____

 

Mon avis :


Voilà un roman qui m'a agréablement surprise : je connaissais déjà Nathalie de Broc, mais avec La vallée des ambitions elle change de registre. En effet, l'aspect "roman de terroir", qui est pourtant la marque de fabrique de l'auteur, devient presque secondaire et les personnages et leur psychologie prennent le pas sur l'intrigue.

J'ai beaucoup aimé le style de Nathalie de Bric : son écriture nerveuse reflète si bien l'énergie des personnages et les tensions qui existent entre eux qu'on est pris dans leurs tourments et qu'il devient impossible de lâcher le livre ...

Par contre le dénouement, très flou, m'a laissé une impression plus mitigée, comme c'est souvent le cas avec les fins trop ouvertes... Cela n'empêche que j'ai passé un très bon moment avec cette histoire très prenante.

________________________________________________

mardi 4 octobre 2016

Isla and the Happily Ever After - Stephanie PERKINS

Pourquoi je le lis :


Après Anna et le French Kiss et Lola et le garçon d'à côté, Isla and the Happily Ever After est le troisième (et dernier ?) volume de la série écrite par Stephanie Perkins.

J'ai tellement aimé les deux premiers romans que je me lance tout de suite dans la lecture en V.O. de celui-ci qui n'a pas encore été traduit en français...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Hopeless romantic Isla has had a crush on introspective cartoonist Josh since their first year at the School of America in Paris. And after a chance encounter in Manhattan over the summer, romance might be closer than Isla imagined. But as they begin their senior year back in France, Isla and Josh are forced to confront the challenges every young couple must face, including family drama, uncertainty about their college futures, and the very real possibility of being apart.

Featuring cameos from fan-favorites Anna, Étienne, Lola, and Cricket, this sweet and sexy story of true love—set against the stunning backdrops of New York City, Paris, and Barcelona—is a swoonworthy conclusion to Stephanie Perkins’s beloved series.

_____

 

Mon avis :


J'ai passé un bon moment avec Isla and the Happily ever after, mais je n'ai pas été captivée par cette histoire comme je l'avais été par les deux précédents tomes. Peut-être parce que je l'ai lu en version originale et qu'il n'est pas aussi facile de se laisser absorber par un texte en langue étrangère ; ou alors parce que l'histoire est construite de façon très différente des précédentes.

En effet, les deux héros, Isla et Josh, voient leur histoire d'amour se concrétiser rapidement (à travers quelques scènes mignonnes comme tout...), mais les deux amoureux doivent ensuite affronter toutes sortes d'obstacles pour rester ensemble (éloignement, jalousie, doutes, etc). Cela m'a donné l'impression que l'histoire tirait parfois un peu trop vers le mélodrame.

J'ai cependant bien aimé les personnages, et sans doute davantage Josh et son caractère d'artiste tourmenté qu'Isla qui est plus effacée et qui manque terriblement d'assurance. J'ai également été contente de retrouver les couples des deux précédents tomes, Anna et Saint-Clair de Anna et le French Kiss et Lola et Cricket de Lola et le garçon d'à côté et de découvrir ce qu'ils devenaient (tout en prenant conscience qu'il ne s'était écoulé que quelques mois entre la fin du premier tome et le début de Isla and the Happily Ever After).

Ce troisième tome aura donc été un agréable divertissement, mais Lola et le garçon d'à côté reste mon préféré, essentiellement pour la personnalité pétillante de son héroïne...

________________________________________________

samedi 1 octobre 2016

Anna et le French Kiss - Stephanie PERKINS

Pourquoi je le lis :


Je viens de lire  Lola et le garçon d'à côté que j'ai beaucoup aimé et je ne résiste pas au plaisir de découvrir l'histoire d'Anna un des personnages secondaires de Lola...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Fraîchement débarquée à Paris pour un an dans un prestigieux lycée, Anna, réservée et maladroite, ne connaît personne et se sent complètement perdue. Elle donnerait cher pour retourner chez elle et retrouver ses habitudes : sa maison, sa famille, ses amies, son job dans son cinéma préféré...
 
Tomber sous le charme d'Etienne, un garçon totalement craquant, n'y change rien. Celui-ci a déjà une petite amie et toutes les filles en pincent pour lui...
 
Mais comment ne pas y croire quand même un peu lorsqu'on a la chance de découvrir une ville aussi belle et fascinante ? Ne dit-on pas que Paris est la capitale de l'amour ?

_____

 

Mon avis :


Sans surprise, j'ai adoré Anna et le French Kiss, au moins autant que j'ai aimé Lola et le garçon d'à côté (et le fait de ne pas les avoir lus dans l'ordre chronologique n'a en rien gâcher mon plaisir).

Bien que les thèmes abordés soient très semblables dans les deux romans (la fin de l'adolescence, l'importance primordiale de l'amitié, les rapports compliqués à la famille et, surtout, les premiers amours) et qu'ils dégagent tous deux la même fraîcheur et le même romantisme, l'atmosphère et les personnages sont tout autres ici.

J'ai beaucoup aimé le personnage d'Anna, une jeune fille timide et un peu perdue, dont le caractère s'affirme peu à peu au fil des pages ; et un petit moins celui d'Étienne (trop d'hésitations de sa part, à mon goût). Les personnages secondaires sont tout aussi attachants, en particulier la bande d'amis du pensionnat...

Et pour en rajouter au romanesque de cette jolie histoire d'amour, celle-ci se déroule dans le cadre d'un Paris de cartes postales, entre monuments mythiques, bouquinistes, cinémas de quartier, etc.

Tout cela pour dire que j'ai passé un très bon moment avec Anna et le French Kiss, même si c'est passé trop vite... Et donc, toujours sans surprise, je vais tout de suite me jeter sur Isla and the Happily Ever After, le troisième livre de la série, malheureusement pas encore traduit en français...

________________________________________________