vendredi 29 avril 2016

Le jardin forteresse - Claude PUJADE-RENAUD

Pourquoi je le lis :


Je suis tombée par hasard sur ce roman à la bibliothèque et la quatrième de couverture a retenu mon attention.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Elles sont trois petites filles du plus haut lignage, issues des deux mariages du tyran Denys de Syracuse. Leur vie quotidienne, au début du IVe siècle av. J.-C., est rythmée par les récits et par les jeux, par l'apprentissage des mythes et de la musique, par l'admiration pour leur père et par la lointaine rumeur du monde des hommes qui parfois monte, troublante, enivrante, d'au-delà des remparts, portée par le vent de la mer. Car le jardin où elles grandissent est cerné de murailles, dressées sans doute pour leur protection, leur quiétude ou... leur réclusion ? Peu à peu, en effet, la belle ordonnance du jardin est brisée et les lois de l'inceste métamorphosent en tragédie cette chronique familiale par laquelle Claude Pujade-Renaud, poursuivant son interrogation sur les femmes et le pouvoir, confronte son intuition de romancière aux représentations de l'Antiquité.

_____

 

Mon avis :


Le jardin forteresse m'a permis de découvrir un auteur, Claude Pujade-Renaud, que je ne connaissais que de nom et dont j'ai beaucoup aimé la plume élégante et très évocatrice qui m'a tout de suite transportée à Syracuse, dans le jardin merveilleux qui sert de cocon aux trois filles du tyran Denys.

L'histoire qu'elle nous raconte ici est digne des plus sombres tragédies grecques avec son lot drames familiaux, d'intrigues amoureuses, de morts violentes, de complots politiques et d'affrontements idéologiques. Guerre, suicide, meurtre, inceste, viol, etc : on n'échappe à rien des pires atrocités que peut commettre l'homme et pourtant le texte reste étonnamment empreint de sérénité et de sensualité.

Le jardin forteresse, c'est aussi le portrait de trois femmes, trois sœurs, depuis leur enfance surprotégée dans le palais de leur père jusqu'aux années de maturité où elles ne peuvent plus compter sur personne, pas même sur leurs mères et encore moins sur leur père qui les offre en récompense à ses plus fidèles soutiens, son fils et ses frères, pour devenir leurs épouses.

Le texte est émaillé ici et là de récits tirés de la mythologie grecque qui apparaissent comme autant d'avertissements pour les trois jeunes filles qui devront affronter un destin que l'on sent marqué par la fatalité dès les premières pages du roman. On croise aussi au fil des pages des philosophes (Platon, Aristippe de Cyrène, Dion de Syracuse...) qui illustrent le fossé qui sépare l'idéalisme politique des penseurs et le despotisme caractérisant les dirigeants dès qu'ils s'emparent du pouvoir.

Le jardin forteresse aura donc été une belle découverte, assez éloignée de ce que je habituellement, mais que j'ai beaucoup aimé.

________________________________________________

jeudi 28 avril 2016

Les liaisons dangereuses - Pierre CHODERLOS DE LACLOS

Pourquoi je le lis :


C'est une relecture.

J'ai lu Les liaisons dangereuses il y a plus de 20 ans, en 1995, après avoir vu Valmont, l'adaptation du roman au cinéma par Milos Forman, avec Colin Firth dans le rôle titre.
J'avais beaucoup aimé cette lecture et c'est en voyant Colin Firth dans un tout autre film et en me rappelant que Valmont était, à mon humble avis, un de ses meilleurs rôles que j'ai eu envie de relire le livre de Choderlos de Laclos.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Trompée par le comte de Gercourt, dont elle fut l'amante, la marquise de Merteuil ourdit sa vengeance aux dépens de la jeune fille qu'on destine au comte pour épouse, la fort naïve Cécile Volanges. Exécuteur de ce châtiment, son complice et correspondant. le vicomte de Valmont, se fera fort de séduire l'innocente, à peine sortie du couvent... Jouet de désirs et de volontés qu'elle ignore, la pauvre Cécile ne se doute pas des manœuvres dont son destin et sa vertu font l'objet. Quant à Valmont, stratège autant que libertin, il entend aussi pervertir une femme mariée connue pour sa grande piété, la présidente de Tourvel. Il est prêt pour cela à toutes les hypocrisies. Mais, alors qu'elle croit triompher, l'ultime perfidie de Mme de Merteuil lui sera fatale...

_____

 

Mon avis :


Dans ce recueil de lettres, Choderlos de Laclos nous propose une vision pleine de cynisme de la société des Lumières et des rapports "amoureux" même si la morale triomphe finalement, les plus coupables étant les plus sévèrement punis par le destin à l'image de Mme de Merteuil, ruinée, défigurée et rejetée par la société.

Bien que le roman ait été écrit au XVIIIème siècle, la langue reste très agréable à lire et l'intrigue est vraiment prenante, avec des personnages hauts en couleurs qu'on suit avec beaucoup de plaisir dans leurs péripéties pour atteindre leurs objectifs, la conquête amoureuse apparaissant comme une véritable campagne militaire où tous les coups sont permis.

Un très bon moment de lecture...

________________________________________________

mardi 26 avril 2016

La mer en hiver - Susanna KEARSLEY

Pourquoi je le lis :


J'ai craqué ! Malgré l'état déplorable de ma pal, j'ai fini par céder à la tentation que représente ce roman...
 -
La quatrième de couverture repend tous les thèmes qui me plaisent et les critiques sur les blogs sont très positives (notamment sur Le blog d'une passionnée de lecture et sur A livre ouvert).


_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Printemps 1708, une flotte jacobite de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d'Écosse afin de réclamer sa couronne.
 -
De nos jours, Carrie McClelland s'inspire de cet épisode historique dans son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au cœur d'un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d'une de ses ancêtres, Sophia, et commence à écrire.
 -
Mais elle se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l'intrigue de 1708, elle découvre une histoire d'amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé...
 -
Une histoire d'amour puissante et ensorcelante, entre passé et présent.

_____

 

Mon avis :


J'ai passé un très bon moment avec ce roman mais je n'ai peut-être pas été tout à fait aussi charmée par l'histoire que ne le laissaient présager une quatrième de couverture prometteuse et des critiques élogieuses sur les blogs.

En effet j'ai eu du mal à prendre tout à fait au sérieux l'histoire de Sophia, au XVIIIème siècle, qui nous est d'abord présentée comme une fiction rédigée par Carrie, puis comme le fruit de souvenirs hérités d'une ancêtre via la mémoire génétique. Le sujet est abordé beaucoup plus subtilement dans le roman et rien n'est affirmé trop catégoriquement, laissant ainsi une place au mystère, mais je n'ai jamais réussi à y croire complètement...

D'ailleurs j'ai trouvé vraiment dommage que l'histoire de Sophia occupe de plus en plus de place par rapport au récit de Carrie, jeune romancière du XXIème siècle, car j'ai trouvé passionnant de suivre le processus de création littéraire, depuis le choix des personnages, du point de vue, du lieu et de la période, etc jusqu'au moment où l'auteur décide qu'il est arrivé au terme de son histoire, en passant par les recherches en tout genre, les doutes sur les choix narratifs, les personnages qui "prennent leur indépendance", les pannes d'inspiration, etc.

Cela donne une mise en abîme étonnante entre Susanna Kearsley et Carrie, deux romancières en plein processus créatif (l'une réelle, l'autre fictive), puis entre les deux héroïnes, Carrie et Sophia, leurs existences se faisant étrangement écho.

Enfin, voilà, même si La mer en hiver ne correspondait pas tout à fait à ce que j'attendais, j'ai passé un très bon moment grâce à ce récit riche en information sur une époque que je connaissais mal (je connaissais surtout le soulèvement jacobite de 1745 grâce aux romans de Diana Gabaldon) et surtout grâce aux deux belles histoires d'amour à quelques siècles d'intervalle...


Le château de Slains, au cœur des deux récits

________________________________________________

vendredi 22 avril 2016

Vends maison de famille - François-Guillaume LORRAIN

Pourquoi je le lis :


Hasard de mes lectures, juste après Voulez-vous partager ma maison ? de Janine Boissard, j'enchaîne avec une autre couverture verte, une autre histoire de maison de famille...

Plus sérieusement, j'ai reçu ce roman à la quatrième de couverture intrigante grâce aux Masses Critiques de Babelio.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


"Oui, je voulais bazarder cette maison. J'avais mes raisons. Autrement dit : des souvenirs."
-
En faisant le portrait d'un homme partagé entre l'amour qu'il porte à sa mère et ce refus d'héritage qu'il lui oppose, François-Guillaume Lorrain nous raconte une histoire aussi singulière que collective, celle d'une maison de famille.

_____

 

Mon avis :



J'ai beaucoup aimé ce roman très touchant, plein de la mélancolie et de l'amertume d'une enfance malheureuse et d'une reconstruction difficile alors que le fantôme d'un père despote continue à hanter le narrateur.

J'ai été tout particulièrement émue par l'épisode de l'album photo qui confronte les souvenirs d'enfance du narrateur à ceux que sa mère a choisi de garder de cette période ; deux visions diamétralement opposées, une forme de chantage affectif de la part de la mère certainement, mais aussi l'occasion pour le narrateur d'offrir une seconde chance à cette maison...

Le style de François-Guillaume Lorrain m'a aussi beaucoup plu. D'une plume fluide exprimant très justement les émotions de ses personnages, il nous offre un témoignage poignant de vérité qui nous fait oublier qu'on lit un roman (à moins qu'il ne s'agisse pas seulement d'un roman ?).

Une belle lecture, douce-amère...




________________________________________________

jeudi 21 avril 2016

Voulez-vous partager ma maison ? - Janine BOISSARD

Pourquoi je le lis :


J'aime bien ce qu'écrit Janine Boissard en général, alors je n'ai pas hésité quand je suis tombée sur son tout dernier roman à la bibliothèque.

Parmi ses romans, j'ai lu :

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Elle s’appelle Line, elle a la cinquantaine et elle vient de perdre son mari. Afin de pouvoir garder sa belle maison avec jardin, près d’Angers, elle a décidé de la partager avec trois locataires. Mais alors qu’elle visait une joyeuse et enrichissante cohabitation, c’est l’enfer qui va s’inviter avec la jeune Priscille – ange ou démon ? –, qui cache un redoutable secret de famille. Line en sortira-t-elle indemne ?

"La maison", mot magique, lieu de rencontre et de dialogue, est le personnage central de cette comédie où les fous-rires alternent avec les larmes. Du pur Janine Boissard.

_____

 

Mon avis :


Ce roman n'est pas sans rappelé de par son style si particulier le dernier roman de Janine Boissard que j'ai lu, Une vie en plus qui, je l'avoue, m'avait un peu ennuyée ; sauf que cette fois, j'ai beaucoup aimé l'histoire qu'on me racontait...

Line est une héroïne sympathique et attachante, avec ses petits travers et ses fragilités, et j'ai eu beaucoup de plaisir à la suivre dans l'aventure que représente le partage de sa maison avec des inconnus. Et même si on devine assez vite les grandes lignes du dénouement, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre avant d'atteindre la dernière page tellement j'étais bien avec les personnages

Dans son roman, Janine Boissard fait preuve de beaucoup d'ironie et d'un grand sens de la dérision, n'hésitant pas à se moquer gentiment de ses personnages ou de certains aspects de notre société, comme les lubies alimentaires qui régissent le quotidien de certains. Il y a aussi beaucoup d'humour et d'énergie dans le texte qui oscille constamment entre comédie et drame.

Un très bon moment de lecture...

________________________________________________

mardi 19 avril 2016

Des fleurs et des épines - Valérie GANS

Pourquoi je le lis :


Je connais Valérie Gans pour avoir lu il y a un moment L'horloge bio (publié sous le pseudonyme de Valérie McGarry) et plus récemment Le chef est une femme, que j'ai adoré.
  
Des fleurs et des épines est l'occasion de continuer à découvrir l'univers de cet auteur.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Après un an passé en Afrique pour échapper à un compagnon violent, Julie rentre à Paris et retrouve avec bonheur sa sœur Loraine, fleuriste, ses enfants et ses parents qui vivent en Dordogne.

Elle était devenue une sage-femme expérimentée et trouve très vite sa place dans la clinique de Victor Le Crétois qui la prend sous sa protection. Sa rencontre avec Sophie, une amie de son neveu Bastien, mère porteuse pour financer ses études, va troubler son équilibre retrouvé. L’amour de Victor, de vingt-cinq ans son aîné, suffira-t-il à lui redonner confiance ? Pourra-t-elle aider Sophie dans le dilemme de la gestation pour autrui ?

Dans ce roman très actuel, qui aborde sans tabous les conséquences du mariage pour tous… et du bébé pour tous, Valérie Gans met en scène avec tendresse des hommes et des femmes d’aujourd’hui en route pour ce qu’ils croient être le bonheur.

_____

 

Mon avis :


En lisant les premières pages, j'ai eu un peu l'impression de prendre un train en route. La manière de présenter les personnages et leurs antécédents sonnaient vraiment comme un "résumé des précédents épisodes". Et en effet, en furetant un peu, je me suis rendue compte que Des fleurs et des épines était la suite de Le bruit des silences, un roman qui se concentrait davantage apparemment sur Lorraine, la sœur de Julie, personnage principal de ce roman-ci.

Malgré ce début un peu déroutant, je me suis rapidement laissée emporter par les péripéties de Julie et de son entourage qui sont l'occasion de parler de la famille sous toutes ses formes (familles nucléaires ou recomposées, parents adolescents, adoption, procréation médicalement assistée, etc) et des implications du "mariage pour tous" (homoparentalité, gestation pour autrui, etc). Des sujets délicats qui sont évoqués à travers les différents personnages, leurs points de vue et leurs sensibilités nous permettant de découvrir les multiples aspects de ces questions, sans qu'on nous impose ce qui est bien ou pas (même si on nous le suggère parfois très fort...).

Même si l'histoire est très différente, le roman m'a un peu rappelé Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol, avec son dynamisme, son style fluide et un peu familier, ses personnages nombreux qu'on suit tour à tour, etc. Et pour tout dire, j'ai largement préféré Des fleurs et des épines (Les yeux jaunes des crocodiles ne m'avaient pas du tout convaincue).

Le dénouement, un happy-end assez ouvert, pourrait laisser supposer un éventuel troisième tome à cette chronique familiale pleine de bonne humeur... Mais pour l'instant, il faut surtout que je me procure le premier tome !

________________________________________________

dimanche 17 avril 2016

Des cornichons au chocolat - Philippe LABRO

Pourquoi je le lis :


En fait le plus étonnant c'est que je n'ai pas encore lu ce roman qui avait été publié à sa sortie sous le si joli pseudonyme de "Stéphanie"...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Publié en 1983 sous le pseudonyme de Stéphanie, Des cornichons au chocolat est devenu un livre culte. Toute une génération s'est reconnue dans le journal de cette adolescente de treize ans : sa solitude et sa révolte, son regard dérangeant sur les adultes, l'école, le travail, et son goût discutable pour les sandwichs aux cornichons et au chocolat.
 
En réalité, le véritable auteur de ce livre n'est autre que le romancier Philippe Labro. A l'époque, par pudeur et par authenticité, il avait préféré se dissimuler sous la fausse identité de cette lycéenne inconnue – ce « je » féminin, pour laisser croire qu'il s'agissait d'un véritable document.
 
Vingt-quatre ans plus tard, Philippe Labro a décidé de reconnaître ce "roman caché", d'autant qu'il constitue le premier volet d'une trilogie féminine poursuivie avec Manuella et enfin avec Franz et Clara
 
Les lecteurs et lectrices reconnaîtront, en effet, dans Des cornichons au chocolat, la patte du célèbre romancier qui a su s'identifier à l'adolescente. On n'oublie pas facilement Stéphanie – un ton inimitable.

_____

 

Mon avis :


Je crois que j'ai passé l'âge, tout simplement... Je n'ai pas réussi à m'intéresser au sort de Stéphanie, une adolescente mal dans sa peau et négligée par ses parents.

Comme en plus l'écriture, sensée rappeler le style d'une adolescente écrivant librement dans son journal, n'est pas très agréable à lire, j'ai préféré interrompre cette lecture...

________________________________________________

samedi 16 avril 2016

La pelote d'épingles - Cécile CORTES

Pourquoi je le lis :


Alors que ma pal déborde déjà, j'ai craqué pour cette romance qui semble pleine de fantaisie...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :

De nos jours, l’existence des marraines fées est bien connue. L’une d’entre elles, Violette, est missionnée à Paris pour réunir deux tourtereaux : un chanteur pour midinettes et une couturière sans le sou. Mais sur place, rien ne se déroule comme prévu : les prétendants ne se calculent même pas ! Pire, le jeune homme craque pour les charmes de la fée qui doit pour la première fois gérer un problème de taille, pour lequel elle est parfaitement incompétente et inexpérimentée : ses propres émotions.

La pelote d’épingles est une romance acidulée aux accents rock qui met un bon coup de pied au joyeux petit monde des fées, princes charmants et innocentes princesses..

_____

 

Mon avis :


Malgré une excellente idée de départ qui donne des situations très drôles lorsque le romantisme idéalisé des fées est confronté aux réalités plus "physiques" de notre époque, je n'ai pas vraiment réussi à entrer dans cette histoire.


Il faut dire que plusieurs petites choses m'ont agacée comme le vocabulaire qui n'est pas toujours maîtrisé (par exemple, il m'a semblé que "marasme" était employé à contresens, ou alors je n'ai pas compris ce que l'auteur voulait dire...) ou le fait que le texte est émaillé d'expressions très familières, appartenant au langage parlé et non au langage écrit à mon avis et qui, à ce titre, ne devraient apparaître que dans les dialogues (j'aurais pourtant dû m'y attendre puisque déjà dans la quatrième de couverture...). Ce ne sont que des détails, mais c'est difficile de se laisser porter par le fond lorsque la forme accroche le regard...

Et pourtant, Cécile Cortès nous propose ici une relecture des contes de fées pleine d'humour et de fantaisie, n'hésitant pas à bousculer les mythes jusqu'à faire apparaître parfois l'univers féérique comme menaçant ou même complètement dépassé par l'évolution des mœurs humaines.

Le roman est aussi une immersion dans les coulisses pas toujours très glamour de l'industrie de la musique et dans le quotidien d'un groupe de rock en pleine éclosion ; l'occasion de développer des personnages secondaires aux caractères nuancés qui viennent enrichir le récit.

La pelote d'épingles a donc été une lecture plutôt plaisante, mais je ne suis pas sûre qu'elle me laisse souvenir marquant...

________________________________________________

vendredi 15 avril 2016

La passe-miroir . tome 2 . Les disparus du Clairdelune - Christelle DABOS

Pourquoi je le lis :


C'est la suite des Fiancés de l'hiver (un gros coup de cœur !), alors impossible de résister...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions des personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

_____

 

Mon avis :


J'attendais tellement de ce deuxième tome après le coup de cœur qu'a été Fiancés de l'hiver que j'avoue que je suis un peu déçue par cette lecture.

On retrouve Ophélie, égale à elle-même, fragile et maladroite au milieu des habitants de la Citaciellle, même si au fil du tome, elle gagne en maturité et apprend à se faire respecter de ses proches aussi bien que des puissants de la cour.

De la même façon, l'univers créé par Christelle Dabos s'étoffe. On en apprend davantage sur les Arches, leur histoire, leurs habitants et tout particulièrement sur le Pôle que les différentes péripéties nous donnent l'occasion d'explorer d'un bout à l'autre.

Et elles sont nombreuses ces péripéties !  Après une première partie qui m'a paru traîner en longueur au point que je m'y suis parfois un peu ennuyée, le rythme s'accélère et le suspense augmente sans fin au point de nous laisser à la dernière page à peine soulagés que le pire ne soit pas arrivé mais complètement frustrés de devoir attendre pour enfin obtenir des réponses... 

A côté de toutes ces qualités, il y a une accumulation de petites choses qui m'ont un peu gênée pour adhérer complètement au récit de Christelle Dabos, comme le manque de rythme du début du livre qui a refroidi mon bel enthousiasme en entamant la lecture.

En plus, en dehors d'Ophélie et de sa famille joyeusement brouillonne, la plupart des personnages sont peu attachants, dangereux ou distants. Par exemple Thorn, qui est sensé être "le premier rôle masculin", "le héros", est décrit comme tellement grand, efflanqué, froid, intelligent, perfectionniste, autoritaire, misanthrope, etc qu'il n'en paraît presque plus humain et que je n'arrive pas à le concevoir comme un compagnon possible pour Ophélie.

Un autre aspect de l'histoire que j'ai trouvé un peu dérangeant, c'est la place qu'y occupe les manipulations mentales en tous genres (illusions, tortures,...) et la présence d'un Dieu omnipotent et incarné, déambulant plus ou moins incognito parmi ses créatures, plus dangereux que protecteur. Ce sont des sujets qui ne me plaisent jamais beaucoup dans la littérature fantastique...

Objectivement, Les disparus du Clairdelune est un très bon livre et je me précipiterai sûrement sur le troisième tome de La Passe-Miroir dès qu'il sortira, mais pour l'instant l'impression dominante reste cette légère déception parce que le récit a pris une direction qui ne m'a pas séduite comme le premier tome.

________________________________________________

mardi 12 avril 2016

La passe-miroir . tome 1 . Les fiancés de l'hiver - Christelle DABOS

Pourquoi je le lis :


Je viens d'acheter le deuxième tome de la série, Les disparus du Clairdelune, et avant de le lire, je ne résiste pas à la tentation de replonger dans Les fiancés de l'hiver...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du pôle. A quelle fin a-t-elle était choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

_____

 

Mon avis :


Comme lors de ma première lecture, j'ai adoré Les fiancés de l'hiver, un récit avec des personnages complexes et un univers si riches qu'il supporte très bien une relecture.

Je ne répéterai pas tout ce qu'il y avait dans ma première critique (ici) et qui reste toujours aussi vrai, sauf que j'ai vraiment, vraiment adoré et que, sans attendre un instant de plus, je vais de ce pas entamer le deuxième tome...

________________________________________________

samedi 9 avril 2016

Un grand amour peut en cacher un autre - Kristan HIGGINS

Pourquoi je le lis :


Que dire si ce n'est que c'est le dernier roman de Kristan Higgins. Je n'ai pas pu résister : je passe à chaque fois de très bons moments avec ses livres qui sont si drôles et si romantiques...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


«Pour attirer le regard d'un homme incarnant la perfection masculine, je savais qu'il allait me falloir exploiter mon potentiel au maximum. Bien entendu, je n'imaginais pas une seule seconde réussir à me métamorphoser en cygne, toutefois j'étais bien décidée à me transformer au moins en. je ne sais pas, moi. en oie du Canada !»
Depuis qu'elle a quatorze ans, Millie flashe (sans succès mais avec une persévérance sans faille) sur le beau, le sublime, le parfait Joe Carpenter. Ses études de médecine terminées, elle retourne s'installer dans sa petite ville d'Eastham au bord de l'océan, dans la région de Cape Cod, bien décidée cette fois à conquérir celui qu'elle considère comme l'homme de sa vie, et la perfection incarnée sur la terre. Après beaucoup d'efforts (jogging à la limite de l'hyperventilation, régime sans pitié, séances chez un coiffeur à la pointe de la mode capillaire, révision intégrale de sa garde-robe.), Millie parvient - enfin ! - à allumer une étincelle de convoitise dans le regard de Joe.

Sauf que rien, mais alors rien du tout, ne se passe comme elle l'avait rêvé...

_____

 

Mon avis :


J'ai adoré ce roman.

Et j'en suis presque soulagée parce que chaque fois que je commence un Kristan Higgins, je redoute d'être déçue : comment imaginer que je puisse aimer absolument tous les livres d'un auteur ? Mais non, cette fois encore je suis tombée sous le charme des personnages et Kristan Higgins reste LA valeur sûre des comédies romantiques dans ma bibliothèque.

Comme d'habitude, romance et humour se mêlent avec bonheur dans ce roman dont l'héroïne, Millie, est très attachante malgré un côté obsessionnel qui pourrait presque inquiéter s'il ne rappelait pas les toquades adolescentes. Et même si on devine très vite que le prince Charmant n'est peut-être pas celui que l'on veut nous faire croire, c'est un vrai plaisir de suivre Millie dans sa quête d'un amour idéalisé.

Si je devais formuler un reproche, je dirais que l'épilogue est presque de trop, mais sans ces quelques pages le happy-end n'aurait pas été total...

Pour résumer, Un grand amour peut en cacher un autre est une belle histoire d'amour riche en émotions, qui fait rire, pleurer, vibrer...  

________________________________________________

vendredi 8 avril 2016

Seule Venise - Claudie GALLAY

Pourquoi je le lis :


C'est une relecture...
 
J'ai lu Seule Venise pour la première fois il y a cinq ou six ans et j'avais beaucoup aimé l'atmosphère si particulière de Venise en hiver. C'est d'ailleurs l'un de mes romans préférés de Claudie Gallay.

Parmi ses livres, j'ai lu :
Et mes favoris :

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer. C'est l'hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l'arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l'attente du désir et de l'autre.
 
Dans une langue ajustée aux émotions et à la détresse de son personnage, Claudie Gallay dépeint la transformation intérieure d'une femme à la recherche d'un nouveau souffle de vie. Et médite, dans le décor d'une Venise troublante et révélatrice, sur l'enjeu de la création et sur la force du sentiment amoureux

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce joli roman. Je crois même l'avoir davantage apprécié que lors de ma première lecture.  

Le style de Claudie Gallay me plaît toujours énormément, à la fois épuré et plein de sensibilité, voire même à fleur de peau. Avec Seule Venise, elle nous propose un texte mélancolique où la tristesse de la jeune femme au cœur brisée fait écho à une certaine morosité de Venise en hiver.

Et quel plaisir de découvrir la ville, véritable labyrinthe truffés de trésors en tous genres que parcourt inlassablement l'héroïne tandis qu'elle retrouve peu à peu le goût de vivre au contact des autres pensionnaires et d'un séduisant libraire.

Un très bon moment...

________________________________________________

Avis de tempête - Angéla MORELLI

Pourquoi je le lis :


C'est une relecture...

En fait même si ce court roman m'avait beaucoup plu, je ne pensais pas le relire si vite : la première lecture remonte à tout juste six mois... Sauf que je me suis retrouvée en panne de lecture à la pause déjeuner mais avec ma liseuse dans mon sac (ouf !) et que je ne voulais pas entamer un roman trop long car Un grand amour peut en cacher un autre de Kristan Higgins m'attendait chez moi et je ne tenais absolument à le commencer ce soir pour entamer mes vacances avec une lecture sympathique, une lecture programmée depuis un moment pour une soirée réjouissante.

Voilà pourquoi Avis de tempête m'a semblé la lecture idéale pour ces trois quarts d'heure de pause...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :



Lorsqu’elle débarque au Québec pour les vacances de février, Candice fait immédiatement deux constats très inquiétants. Premièrement, il fait froid. Très, très froid. Ce qu’elle était loin de s’imaginer quand elle a préparé ses valises (comment ça sa petite doudoune ne va pas suffire ?). Deuxièmement, sa cousine n’est pas là, et impossible de la joindre. Alors, quand l’aéroport annonce sa fermeture imminente et qu’un charmant inconnu à l’accent aussi improbable que sa coupe de cheveux lui propose de lui servir de taxi, Candice accepte...

_____

 

Mon avis :


Je ne répéterai pas ma critique de septembre dernier, mais cette jolie petite histoire d'amour pleine d'humour et de tendresse avec ses personnages si attachants est toujours aussi agréable...

________________________________________________

jeudi 7 avril 2016

Rimbaud : l'explorateur maudit - Christian CLOT, Philippe THIRAULT & Thomas VERGUET

Pourquoi je le lis :


Le site Babelio proposait cette bande-dessinée à l'occasion d'une masse critique dédiée à la collection "Explora" des éditions Glénat. J'avoue que c'est la couverture et ses couleurs chaleureuses qui m'ont d'abord donné envie de lire ce livre...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


On connait Rimbaud le poète. Mais ce que l'on sait moins, c'est qu'à l'âge de 29 ans, il partit seul étudier une région dangereuse et inexplorée de l'Ethiopie. Ce travail fut publié par la Société de Géographie française.

C'est sur les traces de ce Rimbaud "l'explorateur" que part Valentin Bracq, son ami d'enfance. En 1892, il arrive à Harrar dans l'ancienne maison de l'auteur. Rimbaud est déjà mort de la gangrène. Valentin va alors mener une véritable enquête, et revivre le voyage de son ami en Abyssinie comme si c'était le sien.

Grâce à la collection Explora, découvrez une autre facette de l'un des plus grands auteurs français : Rimbaud, l'explorateur maudit. Celui dont, toute sa vie durant, le goût du voyage accompagnera une œuvre tourmentée et flamboyante.

_____

 

Mon avis :


Je lis beaucoup, mais pas de poésie pour ainsi dire (vieux traumatisme scolaire ?). Le fait est que je ne connaissais Rimbaud qu'à travers les quelques poèmes étudiés au lycée et la courte biographie que nous avait donnée le prof à l'époque.
Rimbaud : l'explorateur maudit était donc l'occasion de combler agréablement cette lacune en se penchant sur les dernières années de la vie du poète ; des années passées en Afrique à découvrir des territoires inexplorés et tenter de faire fortune.
J'ai beaucoup aimé les dessins et leurs couleurs chaudes, à l'image de la couverture qui m'a attirée vers cette lecture.
J'ai aussi aimé le rythme syncopé qui nous égare entre le parcours de Rimbaud et celui de son ami Bracq parti sur ses traces après sa mort. Les quêtes des deux hommes se mêlent et se confondent jusqu'au dénouement inattendu, déroutant mais très bien trouvé en fin de compte.
J'ai donc passé un très bon moment avec cette bande-dessinée dépaysante.





________________________________________________

Le secret de Rebecca - Tessa RADLEY

Pourquoi je le lis :



Ce roman faisait partie d'un lot de livres gratuits destinés à faire découvrir les différentes collections Harlequin...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


S’il y a bien un homme dont Rebecca ne veut surtout pas croiser la route, c’est Damon Asteriade. Quatre ans plus tôt, alors qu’elle lui offrait son amour, il lui a brisé le cœur en choisissant d’en épouser une autre. Et pas n’importe quelle autre : sa meilleure amie.

Trahie par les deux personnes qu’elle aimait le plus au monde, Rebecca a choisi de s’effacer, et s’est promis de ne plus jamais revoir Damon.
Mais lorsque leurs chemins se croisent de nouveau, et qu’elle apprend qu’il est libre à présent, elle comprend que cet homme est désormais lié à son destin. Même si un lourd secret les sépare…

_____

 

Mon avis :


Les personnages sont caricaturaux à l'extrême au début du roman et s'ils gagnent un peu en nuance par la suite, ils restent difficilement crédibles, tout comme les différentes péripéties et autres retournements de situations dignes des pires soap.

________________________________________________

mercredi 6 avril 2016

Pour l'amour d'une île - Armelle GUILCHER

Pourquoi je le lis :


Parce que la Bretagne..

Et comme la quatrième de couverture me semble intéressante, je n'ai aucune raison de résister.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


À la fin de ses études de médecine, Marine décide de retourner vivre sur la petite île bretonne où elle a grandi jusqu'à la mort de ses parents. Mais dans le froid venteux de novembre, l'installation se révèle difficile : les habitants désertent son cabinet et affichent ouvertement leur hostilité. Marine comprend que le secret de cette haine est caché dans le passé de sa famille.

_____

 

Mon avis :



Cette lecture aura été une petite déception pour moi...

Il s'agit d'un premier roman et malheureusement, cela se sent. Le style n'est pas toujours très agréable, avec des tournures maladroites et des descriptions accumulant les clichés. J'ai aussi trouvé dommage que l'histoire s'éparpille : des personnages secondaires sont trop nombreux et les intrigues secondaires se multiplient sans apporter grand chose au récit, comme s'il y avait un certain nombre d'anecdotes que l'auteur tenait à inclure dans son livre.

Je pense que le roman aurait eu besoin d'être retravaillé davantage avant d'être publié sous une forme un peu plus épurée car l'histoire a vraiment un potentiel même si l'auteur nous propose une vision trop sombre à mon goût des îliens, des villageois et de l'humanité en général : la majorité des gens sont décrits comme froids, malveillants, cancaniers, calomniateurs, etc. J'ai trouvé très difficile de m'attacher à cette jeune femme qui a une vision si tranchée de ses semblables.

De même j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire car, après un premier chapitre correspondant à ce qui est annoncé dans la quatrième de couverture, on repart dans le passé de l'héroïne pour la suivre dans une période déterminante de son adolescence ; tellement déterminante d'ailleurs que l'essentiel en avait été dit dans le premier chapitre, coupant court à tout suspense. Et il faut attendre la moitié du livre pour retourner, enfin, à l'intrigue du premier chapitre...

Enfin bref, ce n'est pas un mauvais roman, mais il aurait mérité d'être davantage travaillé...

________________________________________________

mardi 5 avril 2016

Waking up married - Mira Lyn KELLY

Pourquoi je le lis :


C'est une relecture

Je suis en train de faire du tri dans ma bibliothèque (y compris dans ma liseuse) et je me suis rendue compte que je n'avais gardé à peu près aucun souvenir de la lecture de cette romance...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Her first thought: "Who are you?"

It's the morning after her cousin's bachelorette party in Vegas and Megan Scott wakes up with the mother of all hangovers. Even worse, she's in a stranger's penthouse having woken up with something else as well—a funny, arrogant, sexy…husband!

Up until now, finding even a boyfriend had seemed impossible—been there, got the broken heart, sworn off men for good. Then a few martinis with Carter…no, Connor Reed and she's gone from first meet to marriage in one night!

Megan wants a lawyer. But Connor's shocking bombshell?

"I don't want a divorce."





Ce qui donne pour la version française :

Après l'enterrement de vie de jeune fille trop arrosé de sa cousine, Megan se réveille auprès de Connor un inconnu qu'elle a épousé  dans la nuit, même si elle n'en garde aucun souvenir.

Décidée à divorcer au plus vite pour reprendre le cours de sa vie, Megan se heurte au refus de Connor qui souhaite donner à leur mariage qui selon lui a tout pour marcher : les mêmes valeurs et les mêmes objectifs (construire une famille), une bonne entente et surtout, pas de sentiments pour tout embrouiller.

_____

 

Mon avis :


C'est une roman Harlequin qui ne se démarque pas vraiment des autres. En plus, la situation de départ est difficilement crédible et les personnages sont versatiles et sans profondeur. A oublier très vite...

________________________________________________

dimanche 3 avril 2016

Tout ton portrait - Isabel WOLFF

Pourquoi je le lis :


J'aime beaucoup ce qu'écrit Isabel Wolff, au point d'avoir envie eu de relire Tout ton portrait qui est l'un de mes romans favoris de cette auteure qui manie si bien sensibilité et humour.

Je dois cependant dire que je préférais la couverture de la première édition que j'ai lue : difficile d'imaginer que deux illustrations aux atmosphères si diamétralement opposées se rapportent au même récit...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Ella Graham est portraitiste. Grâce à ses œuvres lumineuses et émouvantes, elle connaît un début de célébrité. Mais quand sa sœur cadette, Chloé, lui demande de peindre le portrait de son fiancé, Nate, Ella est consternée. Elle déteste Nate et se méfie de lui. Pourtant, au fil de leurs séances de pose, Ella comprend qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

En parallèle, Ella recueille les confidences de ses autres modèles : une veuve âgée qui porte un lourd secret depuis la guerre, une belle Française qui redoute son quarantième anniversaire et un homme politique séduisant qui a une confession à faire. C'est alors qu'un message totalement inattendu parvient à Ella : celui de son père, John, qui n'a pas donné de nouvelles depuis près de trente ans.

Tandis que Chloé organise le mariage de ses rêves, Ella est face à un dilemme. Soit déchirer sa famille en révélant son secret ; soit laisser ce mariage la déchirer...

_____

 

Mon avis :


J'ai passé un excellent moment avec cette relecture de Tout ton portrait. En fait, je l'ai peut-être même plus apprécié que lors de la première lecture...
 
La plume d'Isabel Wolff est toujours aussi agréable, fluide et légère, pleine de tendresse pour ses personnages. Comme la première fois, j'ai beaucoup aimé les personnages secondaires qui rajoutent une dimension supplémentaire au récit.

Mais j'ai encore davantage aimé la jolie histoire d'amour impossible entre Ella et Nate. Même si je me souvenais du happy-end, j'étais incapable de me rappeler les détails qui y menaient. Du coup, j'ai passé une bonne partie de ma lecture à chercher comment allait se résoudre ce triangle amoureux.

Un seul regret : je me suis laissée complètement absorber par l'histoire et j'ai lu le roman presque d'une traite au point d'arriver trop vite à la dernière page, déçue de devoir déjà quitter Ella...

Voilà un livre que je relirai sûrement à nouveau...

________________________________________________

vendredi 1 avril 2016

Les cèdres de Beau-Jardin - Belva PLAIN

Pourquoi je le lis :


Il y avait longtemps que je n'avais pas lu de roman de Belva Plain et la quatrième de couverture de celui-ci m'a donné envie de me replonger dans l'univers de cet auteur.
 .

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Dans la lignée d'Autant en emporte le vent, la redécouverte d'une fresque bouleversante, pleine de souffle, d'aventures et d'amour, par celle qui restera à jamais la reine de la saga.  
Fille d'un marchand bavarois venu faire fortune en Amérique, Miriam a été élevée dans les fastes de la meilleure société créole ; une éducation choyée qui l'a naturellement conduite à épouser, à seize ans à peine, le richissime planteur Eugene Mendes.

Mais tous les ors de leur sublime propriété de Beau-Jardin ne sauraient cacher une réalité beaucoup plus sombre : Eugene est un homme distant et irascible ; Miriam s'enfonce chaque jour un peu plus dans le désespoir, allant chercher réconfort et tendresse dans les bras d'un autre.

Et quand éclate la guerre de Sécession, la belle se retrouve face à un terrible dilemme : son frère adoré rejoint le camp nordiste, tandis que l'homme qu'elle aime combat aux côtés des confédérés...

_____

 

Mon avis :


Je ne suis pas arrivée au bout de ce roman qui semblait pourtant tout avoir pour me plaire. J'ai persévéré un peu au-delà de la moitié du livre, mais je m'ennuyais trop pour m'acharner davantage. Ce n'est pas mal écrit et le sujet est intéressant, mais les personnages m'ont semblé à la fois trop insipides et stéréotypés pour que j'arrive à m'intéresser très longtemps à leur sort...

Les cèdres de Beau-Jardin m'aura par contre donné envie de relire sans trop tarder Autant en emporte le vent qui est cité dans la quatrième de couverture et qui surpasse très largement le texte de Belva Plain.

________________________________________________