vendredi 30 décembre 2016

Le cercle des loups - Nicholas EVANS

Pourquoi je le lis :


J'ai découvert un de mes auteurs favoris, Nicholas Evans, avec Le cercle des loups, un romans que j'ai adoré (au point de l'avoir déjà lu trois fois, dont la dernière il y a dix ans).

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Hope, petite ville du Montana, est en ébullition. Un loup a dévoré un chien, celui de la fille de Buck Calder, une des personnalités les plus en vue de la localité. La vieille querelle qui oppose les éleveurs, qui se sentent menacés, et les défenseurs des loups est à son paroxysme.
  
C'est à ce moment qu'arrive Helen Ross, jeune zoologiste de 29 ans, chargée par le service de protection des loups de capturer les animaux pour les munir de colliers émetteurs. Les éleveurs, avec à leur tête Buck Calder, s'opposent à cette mission, sabotent le travail d'Helen et abattent les loups qui s'aventurent sur leurs terres. Helen trouvera en Luke Calder, fils de Buck, un précieux allié mais elle devra affronter la haine de toute une communauté qui se chargera de lui rappeler que l'homme est parfois un loup pour l'homme.

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé Le cercle des loups, comme lors de mes précédentes lectures. J'ai beau connaître l'histoire et son dénouement, je me suis laissée complètement prendre par les événements et par l'écriture si évocatrice de Nicholas Evans qui  ici ses sujets prédilection : passion des grands espaces, défense de la nature, grande histoire d'amour tourmentée...

Les loups apparaissent ici comme des personnages à part entière et c'est un vrai plaisir de les suivre dans leurs chasses dans les forêts du Montana ou de trembler pour eux lorsque leurs vies sont menacées.

Parmi les personnalités fortes qui peuplent le roman de Nicholas Evans, Lovelace est l'un des plus marquants. D'abord détestable à cause de son implacable cruauté lorsqu'il extermine les loups qu'il considère comme des créatures sans d'âme, puis le doute s'infiltre peu à peu jusqu'à la prise de conscience qui nous amène à le prendre en  pitié : toute son existence s'écroule lorsqu'il réalise l'horreur de ses actes et l'impossibilité de les réparer.

J'ai également trouvé très touchante l'histoire d'amour entre Luke et Helen, une relation qui semble bien fragile face aux attentes de la société et à tout ce qui se déchaîne autour d'eux.

Le dénouement teinté d'amertume vient nous rappeler que le sujet de la réintroduction des loups en milieu naturel, tout comme les réactions passionnées de ses opposants ou de ses partisans, restent des sujets d'actualité...

Un très beau roman.

________________________________________________

dimanche 25 décembre 2016

Snow Crystal - tome 3 - La douce caresse d'un vent d'hiver - Sarah MORGAN

Pourquoi je le lis :


C'est le troisième et dernier tome de la trilogie Snow Crystal....

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Brenna devrait se réjouir : la station de ski affiche complet, et la voilà obligée de libérer son chalet et d’emménager chez son meilleur ami, l’ex-champion olympique de ski, Tyler O’Neil, dont elle est amoureuse depuis… depuis toujours, en fait. Mais cette situation est loin d’être idéale. C’est même une véritable torture : comment pourrait-elle rester de marbre tandis que cet homme sur lequel elle fantasme depuis des années dort dans la chambre juste à côté de la sienne ? Car, elle le sait très bien, elle n’a rien à espérer : Tyler ne la considère que comme une amie, voire, pire, comme une sœur…

_____

 

Mon avis :


Ce troisième tome est tout à fait dans la continuité de La danse hésitante des flocons de neige et de L'exquise clarté d'un rayon de lune, même si la famille O'Neil est moins présente (c'est à peine si on croise le grand-père au mauvais caractère que j'adorais !).
 
J'ai trouvé que l'histoire mettait un peu de temps à démarrer et que certains passages, y compris le dénouement, dégoulinaient d'un sentimentalisme presque écœurant, mais il y a aussi une bonne dose d'humour grâce à la cohabitation forcée entre les deux héros.
  
D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé le personnage de Brenna qui est émouvante et moins caricaturale que les deux autres héroïnes de la saga Snow Crystal, tout comme l'histoire de Tyler, le héros, est plus touchante que celle de ses frères.  
La douce caresse d'un vent d'hiver aura donc été une lecture de saison plutôt plaisante, mais L'exquise clarté d'un rayon de lune (ainsi que sa couverture aux teintes plus soutenues) reste mon favori dans la trilogie...

________________________________________________

vendredi 23 décembre 2016

Snow Crystal - tome 2 - L'exquise clarté d'un rayon de lune - Sarah MORGAN

Pourquoi je le lis :


Je viens de lire La danse hésitante des flocons de neige, le premier tome de la trilogie Snow Crystal. Si tout ne m'a pas convaincu dans cette petite romance hivernale, j'ai néanmoins beaucoup aimé l'univers de la station de ski de Snow Crystal et c'est ce qui m'a décidée à poursuivre la lecture de la trilogie...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Ca-tas-tro-phi-que. Voilà qui caractérise parfaitement bien l’été qui s’annonce pour Elise Philippe, chef de cuisine surdouée.

L’ouverture à Snow Crystal du café qu’elle doit diriger – son bébé, le projet de sa vie – ne cesse d’être repoussée à cause d’une succession d’incidents rocambolesques. Comme si le destin complotait pour lui pourrir la vie ! Heureusement, telle la meringue sur la tarte au citron, voilà que Sean O’Neil rentre au domaine. Le beau, le charismatique et troublant Sean… dans les bras duquel elle a passé la plus belle des nuits, l’été dernier. Oui, là, tout de suite, Sean pourrait être une distraction bienvenue et très, très sympathique. Une distraction de quelques heures, sans attaches ni lendemain. Après tout, ce n’est pas comme si elle risquait de tomber amoureuse, non ?

_____

 

Mon avis :


Cette fois, je savais à quoi m'attendre (une romance Harlequin) et donc pas de déception à l'horizon. Au contraire, j'ai passé un bon moment. Il y a encore des longueurs et les personnages ressassent sans fin leurs sentiments et leurs états d'âme, mais sinon la lecture est agréable.

L'histoire d'amour est tout à fait prévisible, comme c'est souvent le cas dans les romances, mais il y a une bonne dose d'humour dans le récit et l'atmosphère de la station de Snow Crystal est toujours aussi plaisante, tout comme la famille O'Neil, chaleureuse et turbulente.

Voilà donc une lecture légère et facile, parfaite pour les vacances... D'ailleurs, je vais tout de suite enchaîner avec le troisième tome, La douce caresse d'un vent d'hiver...

________________________________________________

mercredi 21 décembre 2016

La danse hésitante des flocons de neige - Sarah MORGAN

Pourquoi je le lis :


J'avais envie d'une lecture légère et de saison...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Noël.
Kayla Green redoute cette date et, comme chaque année, elle prévoit de s'enfermer dans son bureau de Manhattan avec une surdose de travail. Mais un gros budget de relations publiques l'envoie en fait dans le Vermont : celui de Snow Crystal, apporté par Jackson O'Neil, qui dirige un groupe de stations de sports d'hiver de luxe. Pour Kayla, ce petit miracle de Noël ne va pas sans inconvénients : primo, la neige, le ski, les snow-boots, tituber sur la glace en talons hauts..., ce n'est vraiment pas son idéal ; secundo, Jackson O'Neil a une famille, une de ces familles aussi unies que les mailles d'un tricot bien serré qui rappellent douloureusement à Kayla qu'elle a toujours dû se débrouiller seule. 

Mais il y a pire encore pour elle que Noël, la famille et autres calamités : c'est Jackson. Jackson, qui a tous les atouts en main pour faire fondre le cour de glace qu'elle s'est si difficilement façonné.

_____

 

Mon avis :


J'ai été assez déçue par cette lecture. Je n'avais pas fait attention en achetant le livre, mais il s'agit d'une publication des éditions Harlequin et malheureusement cela se sent tout au long du récit. Alors c'est vrai que La danse hésitante des flocons de neige c'est plutôt le haut du panier, mais cela reste quand même un Harlequin avec leurs caractéristiques (j'étais tentée d'écrire défauts) incontournables : les personnages presque caricaturaux, les sentiments longuement rabâchés et l'ultime péripétie superflue...

Alors, malgré tout ça,  je n'ai pas passé un mauvais moment, loin de là, mais ce n'était pas la comédie romantique pleine d'humour que j'attendais.

Comme je n'ai pas du tout l'esprit de contradiction, il se pourrait que je lise malgré tout les deux tomes suivants (L'exquise clarté d'un rayon de lune et La douce caresse d'un vent d'hiver), car j'ai beaucoup aimé le cadre de la station de Snow Crystal ainsi que la sympathique famille O'Neil, mais cette fois ce sera en toute connaissance de cause et sans attentes excessives...

________________________________________________

lundi 19 décembre 2016

La gouvernante suédoise - Marie SIZUN

Pourquoi je le lis :


Il y a quatre ou cinq ans j'ai découvert Marie Sizun avec La plage, un roman qui m'avait énormément plu tant pour l'écriture de l'auteur que pour son héroïne émouvante.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Quel rôle joue exactement Livia, la gouvernante suédoise engagée par Léonard Sézeneau, négociant français établi à Stockholm en cette fin du XIXe siècle, pour seconder sa jeune femme, Hulda, dans l’éducation de leurs quatre enfants ? Quel secret lie l’étrange jeune fille à cette famille qu’elle suivra dans son repli en France, à Meudon, dans cette maison si peu confortable et si loin de la lumière et de l’aisance de Stockholm ? Il semble que cette Livia soit bien plus qu’une domestique, les enfants l’adorent, trouvant auprès d’elle une stabilité qui manque à leur mère, le maître de maison dissimule autant qu’il peut leur complicité, et Hulda, l’épouse aimante, en fait peu à peu une amie, sa seule confidente. Rien ne permet de qualifier le singulier trio qui se forme alors. Que sait Hulda des relations établies entre son mari et la gouvernante ? Ferme-t-elle les yeux pour ne pas voir, ou accepte-t-elle l’étrange dépendance dans laquelle elle semble être tombée vis à vis de Livia ?
 
Dans ce récit maîtrisé et romanesque, Marie Sizun brosse le portrait tout en nuances de ses ancêtres franco-suédois, s’approchant au plus près du mystère qui les entoure. C’est bien une histoire d’amour et de mort qui va suivre la réussite fulgurante d’une famille, la sienne, trois générations plus tôt. Renouant les fils rompus, interrogeant sans cesse un passé occulté, redonnant vie aux disparus par son talent de romancière, Marie Sizun éclaire avec tendresse et pudeur les secrets de ces étonnants personnages.

_____

 

Mon avis :


De sa plume précise et élégante, Marie Sizun nous plonge dans une atmosphère étrange, nous enfermant avec Livia et Hulda dans cette maison qui semble vouée au malheur. L'auteur laisse de nombreuses zones d'ombres dans son récit en se focalisant entièrement sur les deux femmes au cœur du secret de famille ; deux femmes liées par une relation ambiguë, obligée de cohabiter et de partager le même homme, mais également attachées l'une à l'autre par une amitié qui s'installe, bon gré, mal gré, au fil des années.

Marie Sizun dresse des portraits tout en nuances des deux femmes, mais c'est le personnage de Léonard qui m'a le plus surprise : loin du séducteur qu'on aurait pu imaginer,  il apparaît comme un homme froid, difficile à cerner. Je l'ai trouvé très vite détestable.

La gouvernante suédoise a été une belle lecture, malgré l'atmosphère sombre et la distance qui persiste entre le lecteur et les personnages...

________________________________________________

samedi 17 décembre 2016

L'homme idéal... ou presque - Kristan HIGGINS

Pourquoi je le lis :


Parce que j'adore Kristan Higgins et que j'avais envie de relire ce roman qui est l'un de mes préférés même si la première lecture n'est pas si lointaine...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :

Si Maggie devait faire la liste de tout ce qui la rend très heureuse dans la vie, ce serait :
  • le Joe’s, le restaurant plein de charme qu’elle dirige – une véritable institution pour les 1 407 habitants de Gideon’s Cove ;
  • une famille (presque toujours) aimante, et surtout une sœur jumelle avec laquelle elle partage une entente et une complicité à l’épreuve de tous les chocs de l’existence ;
  • un chien qu’elle adore ;
  • des employés fidèles et dévoués – quasiment une deuxième famille.
-
Déjà pas mal, n’est-ce pas ? Pourtant, si elle en avait le pouvoir, Maggie ajouterait volontiers une dernière petite chose à cette liste : un homme très amoureux d’elle, qu’elle aimerait aussi à la folie, et avec lequel elle vivrait un bonheur conjugal à faire pâlir d’envie toute la population féminine de Gideon’s Cove. Hélas, entre son amour impossible et malencontreux pour le père Tim, le prêtre de la paroisse, ses blind dates catastrophiques et sa liaison torride avec Malone, ténébreux et mutique pêcheur de homards, elle doute de pouvoir un jour y parvenir….

_____

 

Mon avis :


Comme lors de ma première lecture, en 2014, j'ai adoré !

Et je pourrais reprendre au mot près l'avis que j'avais rédigé alors (ici)...

Même si je connaissais déjà l'histoire, j'ai été complètement happée dans le roman et j'ai lu jusque très tard cette nuit parce que je n'avais aucune envie d'abandonner la très attachante Maggie tant que tout ne s'était pas arrangé pour elle...

Et Malone, archétype du beau brun ténébreux, reste mon préféré parmi les héros de Kristan Higgins !

________________________________________________

jeudi 15 décembre 2016

Les amis du Paradis - Caroline VERMALLE

Pourquoi je le lis :


La couverture a tout de suite attiré mon attention avec ses couleurs éclatantes et le couple tendrement enlacé ; et la quatrième de couverture m'a plu aussi...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Antoine est un jeune homme timide qui rêve d'être un héros. Rose est une violoncelliste de talent, mais qui a perdu sa flamme intérieure. Et le Paradis est un somptueux cinéma, où le vieux Camille invite à rêver en projetant des films tous les dimanches soirs. Lors d'une nuit glaciale, une tempête de neige enveloppe le petit village, et Camille meurt. C'est à Antoine qu'il revient de continuer à faire vivre le Paradis, seule animation du village.

Mais des choses étranges se passent. Dans le cœur solitaire d'Antoine, Camille n'a pas disparu, il est même là qui lui parle et le conseille chaque fois qu'Antoine se retrouve seul dans le cinéma, presque abandonné.

Et puis surtout la mairie décide de vendre le Paradis, et le promoteur qui compte l'acheter va le détruire pour profiter du terrain. Soudainement Antoine n'est plus seul et c'est tout le village qui va se battre pour sauver le cinéma de Camille, la mémoire du village. Même Rose, la discrète musicienne, revenue dans la maison de son enfance depuis quelques semaines...

Se souviendra-t-elle d'Antoine avec qui elle avait joué, enfant, aux châteaux de sable, plusieurs juillets de suite ? Est-ce seulement dans les films projetés au Paradis que des femmes comme Rose tombent amoureuses d'hommes comme Antoine ?

_____

 

Mon avis :


J'ai passé un très bon moment avec ce sympathique roman qui mêle les genres avec bonheur :  humour, fantastique, romance, tout y est.
 
L'histoire des Amis du Paradis n'est pas sans rappeler d'autres scénarios de films ou de romans où tout un village se mobilise pour sauver le monument emblématique de la communauté. Toute l'originalité du livre de Caroline Vermalle tient à l'écriture haute en couleur de l'auteur et au subtil équilibre qu'elle a su trouver entre humour et douce nostalgie.

Enfin bref, j'ai adoré ce joli roman débordant d'émotions.

________________________________________________

lundi 12 décembre 2016

De terre et de mer - Sophie VAN DER LINDEN

Pourquoi je le lis :


Il y a déjà trois ans, j'ai adoré le très élégant et très poignant La fabrique du monde. Je n'ai donc pas hésité lorsque je suis tombée sur le dernier roman de Sophie Van Der Linden à la médiathèque.

En plus l'histoire se déroule en Bretagne...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Au début du siècle dernier, Henri, un jeune artiste, parvient sur l'île de B. après un long voyage.
 
Venu rendre visite à la femme qui s'est détournée de lui, il y séjournera vingt-quatre heures, le temps pour lui de déambuler dans ce paysage envoûtant, et d'y faire des rencontres singulières.
 
Jusqu'à la chute finale, le lecteur chemine à la suite du héros dans cette atmosphère vibrante, rendue par une écriture impressionniste aux multiples résonances.

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé ce très beau texte.

L'écriture de Sophie Van der Linden est toujours aussi élégante et à travers un texte court au style épuré, elle nous entraîne à la suite du héros ou des îliens dans un sublime vagabondage sur une île bretonne qui n'est pas nommée.
  
L'intensité dramatique peut sembler moins marquée ici que dans la La fabrique du monde mais dans les dernières pages tout bascule : les menaces et les craintes discrètement évoquées tout au long du roman se cristallisent avec l'ordre de mobilisation générale de 1914 alors que le héros vient de voir ses espoirs amoureux déçus.

Une lecture magnifique...

________________________________________________

samedi 10 décembre 2016

Ysabel - Guy Gavriel KAY

Pourquoi je le lis :


J'ai reçu ce roman grâce aux Masses Critiques du site Babelio. Parmi les romans proposés, celui-ci a tout de suite attiré mon attention à cause de son auteur. J'ai lu Le dernier rayon de soleil il y a un peu plus de deux ans et j'avais beaucoup aimé le style de Guy Gavriel Kay, malgré quelques longueurs.

En plus, la quatrième de couverture d'Ysabel me plaît beaucoup : tout laisse présager un bon moment de lecture...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :

Ned, un jeune Montréalais de quinze ans, accompagne son père, Edward Marriner, dans le Midi de la France. Photographe de renommée internationale, Marriner – assisté de Mélanie, Steve et Greg, son équipe technique – a six semaines pour croquer des images inédites de ce magnifique coin de pays, qui regorge de ruines datant de l'époque des Celtes et des Romains.

Mais des événements inquiétants perturbent le séjour de Ned : un inconnu le menace dans la cathédrale d'Aix-en-Provence, un étrange malaise l'affecte aux abords de la montagne Sainte-Victoire, des chiens l'attaquent dans un café... sans compter qu'au cours de la nuit de la Beltaine, une antique fête celtique, il assiste à la "magique" disparition de Mélanie !

Dès lors, Ned comprend que, dans cette contrée plusieurs fois millénaire, des personnages mythiques ne veulent pas mourir et que, d'une mystérieuse façon, il est personnellement concerné par leur histoire.

_____

 

Mon avis :


J'ai d'abord été un peu décontenancée par le style du roman, avant de réaliser qu'il s'agissait d'une édition québecoise, avec des tournures et des expressions propres à cette région (par exemple, j'ai découvert les souriards : 😊 ). Cela faisait quand même un drôle de mélange, cette histoire traduite pour des québecois qui réunit dans la Provence du 21ème siècle un Canadien et une Américaine mêlés aux histoires d'un Celte et d'un Romain vieux de plus de plusieurs siècles...

Un drôle de mélange, mais très réussi au final car j'ai beaucoup aimé Ysabel, qui m'a happée dans son univers étrange pour une quête originale. Le héros, un adolescent "ordinaire", ne m'a pas vraiment convaincue, mais les personnages qui l'entourent m'ont bien plu, amenant nuances et profondeur au récit.

Dans cette Provence qui sert de cadre au récit, on est loin de la carte postale pour touristes même si tout commence par là, à l'occasion d'un voyage pour préparer un livre de photos sur la région. Ysabel va outre la beauté des paysages naturels et des vestiges archéologiques présents un peu partout en rappelant la réalité historique des peuples qui y ont vécu successivement, se sont affrontés, parfois massacrés et qui ont marqué la mémoire des lieux.

Le récit conserve une bonne part de mystère même après avoir tourné la dernière page : nous n'en savons pas plus que ce que le héros parvient à découvrir, non sans mal d'ailleurs et souvent sans certitude. C'est parfois très frustrant toutes ces explications qu'on n'obtient pas, mais c'est également à mon avis une des réussites de ce roman de Guy Gavriel Kay : il soulève à peine le voile pour nous laisser entrevoir un infime aperçu d'infinies possibilités.




P.S. : à noter qu'un des personnages secondaires, Kim, la tante du héros, pourrait en savoir bien plus qu'elle ne le dit. En effet tout le long du roman, Guy Gavriel Kay évoque très vaguement des événements du passé Kim qui ont fini par me laisser penser qu'elle avait déjà dû être présente dans un précédent roman de l'auteur. Là encore, rien n'est clairement explicité, mais après avoir fureté sur Internet et plus particulièrement sur les blogs de fans de Guy Gavriel Kay, il semblerait que Kim ait été l'une des héroïnes de la trilogie La tapisserie de Fionavar. Il n'en fallait pas plus pour piquer ma curiosité : j'ai rajouté le titre sur la liste des livres que j'aimerais lire...




________________________________________________

lundi 5 décembre 2016

L'île aux papillons - Corina BOMANN

Pourquoi je le lis :


Il y a un moment que j'avais envie de lire ce roman qui promet dépaysement et romantisme (et la couverture de l'édition d'origine frappait encore plus l'imagination...).

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


«Laissez-vous emporter sur une île aux mille senteurs, aux couleurs chatoyantes et aux nombreux mystères. »

Lorsque Diana se rend au chevet de sa grand-tante Emmely en Angleterre, cette dernière la charge d’une étrange mission : découvrir le lourd secret qui pèse sur leur famille et qui concerne Grace, l’arrière-arrière-grand-mère de Diana.

Diana part pour le Sri Lanka, la terre de ses ancêtres, colons à Ceylan. Elle y découvre une prophétie qui semble avoir changé le destin de sa famille et l’histoire d’un amour interdit... Durant sa quête, la jeune femme trouvera-t-elle enfin la paix pour elle et pour les siens ?

Une superbe évocation de Ceylan au XIXe siècle, l’histoire entremêlée de trois femmes d’une même famille, à trois époques différentes, sur deux continents...

_____

 

Mon avis :


J'ai bien aimé L'Ile aux Papillons qui m'a permis de passer un beau moment d'évasion dans un pays que je crois n'avoir encore jamais visité au cours de mes lectures.

Les premiers chapitres m'ont paru un peu confus à cause de la multiplications des personnages féminins, toutes de la même famille, mais une fois qu'on a bien retenu qui est qui, et quels sont leurs liens, il n'y a plus qu'à se laisser porter par l'histoire de Diana qui part sur les traces de Grace, son ancêtre. Je dois dire que j'ai préféré l'intrigue du XIXème siècle à celle de 2008 dont certains détails m'ont chiffonnée : l'héroïne semble étrangement détachée des contraintes de la "vraie vie", abandonnant travail et foyer pour se lancer dans une quête un peu artificielle au départ puisqu'elle débute comme un jeu de piste organisé par la tante de la jeune femme.

Eternelle romantique, ce sont surtout  les deux histoires d'amour, très différentes et très semblables à la fois, qui m'ont touchée et , bien qu'il n'y ait pas vraiment de suspense et que le rythme ne soit pas palpitant, L'Ile aux Papillons a été une lecture agréablement dépaysante.

________________________________________________

mercredi 30 novembre 2016

Au plaisir d'aimer - Janine BOISSARD

Pourquoi je le lis :


Janine Boissard fait partie des auteurs que j'aime suivre. Je suis loin d'avoir lu tous ses romans, mais j'ai déjà à mon actif :

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Papa est mort hier dans le château portant son nom, Fortjoie. Et maintenant, c'est à nous, mes sœurs et moi, de tout faire pour respecter son dernier vœu : conserver le domaine et, surtout, continuer à y accueillir des jeunes peintres. Pas facile avec des comptes en banque vides et un château qui tombe en ruine.

Heureusement, on peut compter sur nos artistes pour nous aider en mettant leur talent à la disposition des belles et riches dames de Poitiers.

Mais, dans le secret des ateliers, des intrigues se nouent... Scandale, vengeance : cette fois, est-ce la mort de Fortjoie ?

_____

 

Mon avis :


J'ai eu plaisir à retrouver le style si vivant et pétillant de Janine Boissard, par contre l'histoire en elle-même ne m'a pas vraiment séduite.

Tout au long du roman, j'ai eu l'impression qu'il manquait quelque chose, que le récit servait de toile de fond à une intrigue principale qui ne démarrait jamais. En effet, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de distance entre la narratrice (l'une des trois sœurs héritières du château) et ce qu'elle raconte alors qu'elle est sensée être au cœur des événements. On a aussi l'impression qu'elle se trouve à un carrefour de son existence et on attend qu'il lui "arrive quelque chose" (une rencontre amoureuse ? un changement professionnel ?), mais l'évolution est beaucoup plus subtile que cela, tellement plus subtile qu'on se rend à peine compte qu'il se passe bel et bien quelque chose pour elle.

Au plaisir d'aimer c'est aussi une réflexion sur l'amour et le couple. Janine Boissard nous propose une vision peu reluisante du mariage et de la bourgeoisie provinciale : les hommes sont volages et peu attentifs à leurs épouses, les femmes subissent sans broncher et s'effacent, le mariage n'apparaissant que comme un arrangement pratique, une façade sociale. Cet aspect de l'histoire, tout comme les relations des peintres et de leurs "muses", m'a paru un peu trop caricaturale et trop systématique pour ne pas me laisser dubitative...

Au final, j'ai passé un assez bon moment avec ce roman qui sonne plus comme une fable...

________________________________________________

lundi 28 novembre 2016

Le cœur d'une autre - Tatiana de ROSNAY

Pourquoi je le lis :


J'aime bien ce qu'écrit Tatiana de Rosnay en général et la quatrième de couverture de ce roman-ci m'a plu...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Bruce, un quadragénaire divorcé, un peu ours, un rien misogyne, est sauvé in extremis par une greffe cardiaque. Après l’opération, sa personnalité, son comportement, ses goûts changent de façon surprenante. Il ignore encore que son nouveau cœur est celui d’une femme. Mais quand ce cœur s’emballe avec frénésie devant les tableaux d’un maître de la Renaissance italienne, Bruce veut comprendre. Qui était son donneur ? Quelle avait été sa vie ? Des palais austères de Toscane aux sommets laiteux des Grisons, Bruce mène l’enquête. Lorsqu’il découvrira la vérité, il ne sera plus jamais le même…

_____

 

Mon avis :



Le cœur d'une autre m'a plu, mais moins que les autres romans de l'auteur que j'ai lus. Je l'ai trouvé un peu moins abouti, avec des personnages un peu moins attachants même si le style de Tatiana de Rosnay est toujours aussi agréable.

En fait, j'ai beaucoup aimé voir le personnage de Bruce évoluer après son opération tandis que son "côté féminin" se révèle et qu'il a du mal à comprendre ce qui lui arrive. Si la fin de l'histoire (plus ou moins à partir de la Suisse) m'a moins convaincue, j'ai néanmoins passé un très bon moment avec ce joli roman.

________________________________________________

Réapprendre à manger, l'alimentation en pleine conscience - Jan CHOZEN BAYS

Pourquoi je le lis :


Le sujet m'intéresse beaucoup. Il y quelque temps que la psychologie de la pleine conscience, dont j'ai entendu parler ici et là, a piqué ma curiosité. Cet ouvrage est l'occasion de découvrir un peu mieux ce courant et ses applications à l'alimentation...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Voici une approche révolutionnaire pour transformer notre façon de manger et pour perdre du poids sans nous priver : elle consiste à observer les goûts, les odeurs, les sensations, les pensées et les émotions qui surgissent au cours d'un repas.

S'appuyant sur des recherches scientifiques récentes et sur son expérience de médecin et de professeur de méditation, le Dr Jan Chozen Bays nous présente cette thérapie qui a déjà fait ses preuves.

Dans ce livre, nous apprenons à :
- Renouer avec la sagesse de notre corps pour savoir ce dont nous avons besoin, quand et en quelles quantités.
- Manger moins sans être frustrés.
- Identifier nos habitudes alimentaires.
- Ne plus être en guerre contre la nourriture et contre nous-mêmes.

Un CD MP3 offert propose un programme de 14 exercices pour identifier les 7 types de faim, et bien d'autres expériences pour un nouveau rapport à l'alimentation et à nous-mêmes.

_____

 

Mon avis :



Je ne suis pas allée plus loin que le premier chapitre : ce n'est juste pas pour moi...

________________________________________________

dimanche 27 novembre 2016

Dans le lit des reines - Juliette BENZONI

Pourquoi je le lis :


Il y a quelques années, j'ai lu Reines tragiques, du même auteur. Malgré leur brièveté, j'avais bien aimé ces récits historiques

J'espère que ce recueil me plaira tout autant...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


De Messaline jusqu'à Marie-Louise en passant par Isabeau de Bavière, Marie-Antoinette et Joséphine, la destinée galante des reines ayant marqué l'histoire.

Reines ou impératrices, le mariage leur a presque toujours été imposé par la raison d'Etat, et c'est dans la passion, l'excentricité ou le dévergondage qu'elles ont tenté de vivre leur aventure personnelle. Messaline est ainsi devenue l'impératrice des lupanars de Rome, tandis qu'Isabelle d'Angleterre ou Marguerite de Navarre ont été prodigues de leurs faveurs. La plupart du temps, ces reines, dont la fonction est sacrée, ont été confondues dans leurs forfaits, et le crime de leurs complices a été noyé dans le sang. Sous Bonaparte, l'amour à la hussarde est en vogue, et nos premières dames de France savent flirter avec d'irrésistibles cavaliers. Pourtant, ce sont peut-être les derniers reflets de l'amour courtois qui illuminèrent l'attirance de Marie-Antoinette pour Fersen, comme celle de la reine Hortense pour le comte de Flahaut.

  

Les 18 récits (tables des matières du livre) :


  1. Messaline : la dolce vita à Subure
  2. Isabelle, reine d'Angleterre : un curieux ciel de lit
  3. Marguerite, Blanche et Jeanne de Bourgogne, reines de France : la maudite tour des reines maudites
  4. Isabelle, reine d'Angleterre : on l'appelait La Louve...
  5. Isabeau, reine de France : des sacs au fil de l'eau
  6. Marguerite, reine d'Angleterre : la Marguerite et la rose écarlate
  7. Catherine, reine d'Angleterre : le dortoir des grandes
  8. Marguerite, reine de Navarre : treize à la douzaine
  9. Les épouses de Pierre Le Grand :
    - Eudoxie : la fille du boyard    
    - Katinka : la servante du pasteur de Riga
  10. Sophie-Dorothée, reine d'Angleterre : le dernier rendez-vous de Koenigsmark 
  11. Caroline-Mathilde, reine de Danemark :les charmes de la médecine
  12. Marie-Antoinette, reine de France : "tout me conduit vers toi..."
  13. Joséphine et son hussard : l'irrésistible Hippolyte Charles
  14. Hortense, reine de Hollande : l'amant des reines, Charles de Flahaut
  15. Les cavaliers de Pauline Borghèse, princesse de Gustalla
  16. Marie-Louise et son général borgne, le comte de Neipperg

_____

 

Mon avis :


Juliette Benzoni nous propose ici une série de récits variés qui nous entraîne d'un bout à l'autre de l'Europe depuis la Rome Antique jusqu'à Napoléon. Romantiques, ambitieuses ou dévoreuses d'hommes, ces femmes ont pour principal point commun de ne pas être maîtresse de leur destin, obligée de se soumettre à la raison d'état.

Les dernières histoires m'ont moins captivée, sans doute à cause de l'accumulation qui a fini par me lasser un peu. Malgré cela et bien que le récit reste superficiel, j'ai aimé le ton caustique de l'auteur qui ne semble prendre au sérieux aucun de ces grands noms de l'Histoire...

________________________________________________

samedi 26 novembre 2016

Rose à petit pois - Amélie CALLOT et Geneviève GOBOUT

Pourquoi je le lis :


J'ai acheté cet album pour le noël de ma filleule et je n'ai pas résisté au plaisir de le lire avant de faire le paquet-cadeau...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Quand il fait beau, elle sourit, elle sifflote, elle chante à tue-tête, elle ouvre les fenêtres et laisse la porte ouverte. Mais dès qu'il pleut, Adèle reste enfermée. Elle n'y peut rien, elle perd son entrain. La pluie, c'est gris, froid et sombre. Vous aurez alors beau dire tout ce que vous voulez, argumenter tant que vous pourrez, ça n'est pas la peine de discuter, Adèle ne mettra pas une mèche de cheveux dehors…

_____

 

Mon avis :


J'ai beaucoup aimé cet album. Les dessins de Geneviève Godbout sont magnifiques et s'accordent parfaitement aux textes à la fois tendres et pétillants d'Amélie Callot.

Elles nous racontent ici l'histoire d'une jeune femme, Adèle, qui tient un café qui est le seul lieu "de rencontre" d'un petit village de campagne isolé. Adèle est comme le rayon de soleil du village, sauf les jours de pluie où elle perd toute bonne humeur ; jusqu'à ce qu'on lui offre de quoi lutter contre la grisaille extérieure : des bottes, un imperméable et un parapluie, tous trois du rose qu'adore Adèle, qui apparaissent mystérieusement un à un dans sa boutique.

J'ai tout particulièrement aimé la personnalité touchante d'Adèle ainsi que le léger parfum de romance qui flotte sur l'album.

J'espère que ma filleule adorera autant que moi cette jolie histoire pleine de fraîcheur et de tendresse...

________________________________________________

jeudi 24 novembre 2016

La plage - Marie NIMIER

Pourquoi je le lis :


Il y a quatre ou cinq ans, j'ai lu Plage de Marie Sizun, un roman mélancolique que j'avais beaucoup aimé.

Je crois que c'est le souvenir de cette lecture qui m'a donné envie de lire le roman de Marie Nimier au titre très similaire...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été.
 
Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu’à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d’une grotte où ils se sont aimés.
 
Il n’y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée.
 
Elle se baigne nue.
 
Est-elle aussi seule qu’elle le croit ? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus.

_____

 

Mon avis :



Une petite déception : l'écriture de Marie Nimier ne me convient pas.

J'ai aimé la mélancolie qui se dégage de son texte ainsi que la poésie des paysages décrits,  mais j'ai trouvé que le récit restait très impersonnel avec ses personnages qui ne sont jamais nommés, leur histoire qui reste très floue ; on ne sait même pas précisément dans quelle île, quel pays se déroule le roman.

La plage n'est juste pas fait pour moi...

________________________________________________

mercredi 23 novembre 2016

Le cercle de pierres - tome 8.2 - A l'encre de mon cœur (2ème partie) - Diana GABALDON

Pourquoi je le lis :


C'est la deuxième partie d'A l'encre de mon cœur, le huitième tome de la la saga de Diana Gabaldon, Le cercle de pierres... Et j'enchaîne sans perdre un instant car le précédent tome s'est brusquement interrompu alors que le suspense était à son comble...

_____

 

Pour mémoire :

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


1778

Dans la foulée de la bataille de Monmouth, Claire et Jamie doivent déterminer leur prochaine destination. Resteront-ils à Philadelphie, où Fergus, le fils adoptif de Jamie, possède toujours son imprimerie, ou se hasarderont-ils à revenir à Fraser's Ridge, en Caroline ? Jamie souhaite aussi se réconcilier avec William, qui ne veut rien savoir de son père biologique et qui a choisi la cause loyaliste.

Brianna tentera elle aussi de retisser la toile familiale en partant à la recherche de son mari, Roger,  qui a regagné le passé.

L'amour et la famille triompheront-ils dans cette quête entre l'Amérique révolutionnaire et l'Écosse ?

_____

 

Mon avis :



J'ai passé un bon moment avec cette seconde partie d'A l'encre de mon cœur bien qu'il m'en subsiste une toute légère amertume de ne pas avoir eu le même coup de cœur, le même enthousiasme que pour les tous premiers tomes.

Comme pour la première partie d'A l'encre de mon cœur, même si je ne me suis jamais ennuyée au cours de ma lecture, j'ai parfois eu l'impression que l'auteur faisait du "remplissage", insérant des micro-événements qui remplissent quelques chapitres mais qui n'apportent finalement pas grand-chose au roman.

De même, j'avais beaucoup aimé les aventures de Brianna en 1980 dans le volume précédent, mais la jeune femme est très peu présente dans ce second volet et ses péripéties sont nettement moins palpitantes, ce que j'ai trouvé bien dommage.

D'ailleurs, à l'instar de Brianna, les personnages sont si nombreux dans le roman qu'on ne suit certains d'entre eux que de très loin ou qu'on les perd de vue.

Malgré ces reproches, je me suis laissée complètement happer par le récit où les péripéties s'enchaînent à un rythme soutenu, saupoudré d'humour autant que de drames.

Enfin bref, c'était bien, mais pas aussi bien que...




--

NB : J'ai vu sur le site de l'auteur (ici), qu'un neuvième tome était en préparation, mais je ne pense pas que je le lirai. J'ai adoré les premiers tomes, mais la lassitude commence à s'installer : il est arrivé tellement de choses aux deux héros que, tout en lisant leurs nouvelles aventures, j'en suis à me dire des trucs du genre : "Quoi ? Il est encore entre la vie et la mort ?" ou "Je n'ai pas déjà lu quelque chose comme ça dans tel ou tel tome ?". Voilà pourquoi je préfère m'arrêter maintenant. Bien sûr, on n'a pas toutes les réponses, mais les personnages sont tous en sûreté, à bon port si on peut dire... 

________________________________________________

lundi 21 novembre 2016

More than neighbors - Janice Kay JOHNSON

Pourquoi je le lis :


Ce roman faisait partie d'un lot de livres gratuits destinés à faire découvrir les différentes collections Harlequin...

En plus, j'avais bien aimé Snowbound, du même auteur, il y a quelques semaines.

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


To protect her son, Mark, Ciara Malloy has moved to this rural area in Washington. The new beginning is off to a rocky start, however, when Mark gets too familiar with Gabe Tennert's horses. It's obvious their next-door neighbor prefers his solitude. Even so, he shows incredible patience with Mark. And when Gabe turns that intense gaze Ciara's way…how can she resist such a good, sexy man?

But crossing the line between friends and something more is riskier than Ciara expects. As Gabe pushes for a commitment, she fears revealing the secret truths that could turn him away forever.

_____

 

Mon avis :


More than neighbors a été une lecture agréable même si certains passages sont un peu trop dégoulinants de bons sentiments à mon goût.

L'intrigue n'est pas complètement extravagante et les personnages sont plus travaillés que dans la plupart des romances Harlequin. En fait, mon favori est celui du jeune Mark, le fils de l'héroïne, que j'ai trouvé très attachant...

Si ce n'est pas une lecture inoubliable, j'ai cependant un bon moment avec cette romance très classique. 

________________________________________________

jeudi 17 novembre 2016

Le cercle de pierres - tome 8.1 - A l'encre de mon cœur (1ère partie) - Diana GABALDON

Pourquoi je le lis :

Après Les Fils de la liberté lu il y a un peu plus d'un an, je poursuis la saga de Diana Gabaldon, Le cercle de pierres avec ce huitième tome inédit...

_____

 

Pour mémoire :

-

En résumé (quatrième de couverture) :


Juin 1778
-
L'armée britannique quitte Philadelphie, talonnée par les troupes de George Washington, qui ont délaissé Valley Forge.
-
Jamie Fraser, prétendument mort, réapparaît et découvre que son meilleur ami a épousé sa femme, Claire. Il apprend également que son fils illégitime connaît maintenant l'identité de son père.
-
Enfin réunis, Jamie et Claire se réjouissent que leur fille soit en sécurité au XXe siècle... mais il n'en est rien. Le fils de Brianna et Roger a été enlevé par un homme déterminé à percer le secret de la famille Fraser. Et alors que Roger s'est aventuré dans le passé pour suivre sa trace, le ravisseur peut désormais jeter son dévolu sur sa véritable cible : Brianna.

_____

 

Mon avis :


Cette première partie du huitième tome, A l'encre de mon cœur, est une digne suite des précédents livres de la saga : on retrouve avec bonheur le style dynamique et émaillé d'humour de Diana Gabaldon pour un récit riches en  péripéties et en détails historiques. Le récit démarre sur les chapeaux de roues en enchaînant sans le moindre temps mort avec les derniers événements du tome précédent, Les Fils de la liberté. 
-
J'ai adoré l'intrigue qui se déroule en 1980 et qui met en scène Brianna et ses enfants : le suspense est insoutenable et le mystère s'épaissit de plus en plus tandis que la jeune femme cherche à comprendre qui s'en prend à elle et pourquoi.
-
Par contre, la partie du roman racontant les aventures de Claire et Jamie en 1778, en pleine Guerre d'Indépendance, m'a paru moins prenante. J'ai même eu parfois un peu l'impression que l'auteur faisait du remplissage : on ne s'ennuie à aucun moment, mais si on fait une pause et qu'on regarde un peu en arrière, on se rend compte qu'il ne s'est pas passé grand-chose de déterminant au cours des cent ou deux cent dernières pages...

Cela n'empêche que j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver tous les personnages de la saga, dont certains que je côtoie depuis bientôt vingt ans (je viens de me rendre compte en jetant un œil sur mes notes que je connais Claire et Jamie depuis 1997, année où j'ai acheté le premier tome Le chardon et le tartan !)
-
Enfin bref, j'ai passé un bon moment avec A l'encre de mon cœur même s'il ne m'a pas tout à fait passionnée...

________________________________________________

jeudi 10 novembre 2016

Un mariage en décembre - Anita SHREVE

Pourquoi je le lis :


C'est une relecture.

J'ai lu Un mariage en décembre pour la première fois en 2009 et lorsque je suis tombée sur le roman à la bibliothèque, sa couverture sépia m'a donné envie de me replonger dans cette histoire joliment mélancolique ...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Pour célébrer leur mariage, Bill et Bridget ont décidé de rassembler leur ancien groupe d'amis. Un moyen de rattraper le temps, alors que les jours de Bridget sont comptés.

Que rêvaient-ils d'être et que sont-ils tous devenus ? Vingt ans après, quels secrets brûlent-ils de dévoiler ou voudraient-ils garder enfouis ?

Entre passions inavouées, drames refoulés, culpabilité et pardon, tous vont devoir affronter les blessures et les vérités qui les hantent depuis tant d'années... 

_____

 

Mon avis :


Je suis contente d'avoir relu Un mariage en décembre. Le roman m'a laissé une meilleure impression que lors de la première lecture. Peut-être qu'avec quelques années de plus je suis plus sensible aux charmes de la nostalgie, des amours déçues, des souvenirs doux-amers du lycée, etc.

Alors c'est vrai, ce roman est loin de déborder de bonne humeur et le récit n'est pas à proprement parler palpitant, mais j'ai beaucoup aimé la plume d'Anita Shreve et la sensibilité avec laquelle elle croque ses personnages, tous à un tournant de leur existence même s'ils n'en ont pas vraiment conscience...

Une lecture agréablement mélancolique...

________________________________________________

dimanche 6 novembre 2016

Une année particulière - Thomas MONTASSER

Pourquoi je le lis :


C'est la quatrième de couverture qui m'a donné envie de lire ce roman : livres, librairie, littérature, que des sujets passionnants...

_____

 

En résumé (quatrième de couverture) :


Une petite librairie, un travail herculéen, et un livre mystérieux qui va tout changer.
 
« Ma nièce Valérie doit s'occuper de tout. »
 
Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s'y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné !
  
La jeune femme va pourtant se laisser prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, découvrir peu à peu la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa... Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main.
  
Texte après texte, échange après échange avec les clients peu banals du magasin, Valérie commence à prendre goût à sa nouvelle vie, mais c'est un roman singulier intitulé Une année particulière et la rencontre d'un charmant inconnu qui l'aideront à écrire le chapitre décisif de son existence...

_____

 

Mon avis :



J'ai été un peu déçue par cette lecture. J'imaginais une atmosphère tout à fait différente. S'agissant d'une "histoire de librairie", j'avais déjà en tête d'autres lectures sur le même thème que j'avais beaucoup aimées : Le club de la petite librairie, L'amour est à lalettre A, 84, Charing Cross Road, etc.

Chacun de ces romans a sa propre atmosphère, mais ils expriment tous la même passion partagée pour les livres et la lecture. Or dans Une année particulière, je n'ai pas ressenti cet enthousiasme pour les livres alors même qu'on ne parle que d'eux, ou presque.

Tout au long de ce court roman, l'auteur paraît survoler les choses. Ainsi, arrivée à la fin du livre, j'avais toujours l'impression de ne pas tellement connaître l'héroïne, Valérie. De la même façon, les rencontres que Valérie fait à la librairie restent très superficielles. Jusqu'à la petite touche de fantastique (ou de mystère) juste à la fin du récit qui aurait pu être davantage exploitée.

Enfin bref, une lecture vraiment pas captivante...

________________________________________________